AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un loup dans l'institut. [à archiver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yolandi S.R. Venom


avatar

Féminin
▌Messages : 1115
▌Date de naissance : 08/04/1994
▌Date d'inscription : 14/07/2012
▌Age : 18 ans
▌Avatar : Yolandie Vi$$er
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/100  (0/100)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Un loup dans l'institut. [à archiver]   Mer 22 Aoû - 12:23


Un loup dans l'institut.


Encore une journée de merde qui commence ici. Ça va bientôt devenir un pléonasme journée de merde et ici.
Enfin bref, je devrais aller voir si Nathan va mieux après l'histoire du vase, mais avant je vais aller faire un petit tour dans la salle d'eau parce qu'avec ces marques de maquillage je ressemble à un Zombie.
Je me dirige rapidement vers la pièce, sans faire attentionaux personnes que je croise.
De toute façon si je dois les connaitre je les rencontrerais d'une manière ou d'une autre non ?
Je fais couler l'eau, puis mets mes écouteurs et me plonge dedans, c'est vraiment apaisant.
Je bouge mes pieds au rythme de la musique, ça fait tomber de l'eau un peu partout mais bon au final j'en ai rien à foutre.
Heureusement il n'y a personne, je ne suis pas vraiment pudique, mais je n'aime pas ne plus entendre ce qu'il se passe autour de moi, ça me rends légèrement paranoïaque.
Bon c'est pas tout mais j'ai un truc à faire moi !
Je me lève, me sèche puis je commence à me diriger vers la cellule de Nathan et j'ouvre la porte.

" Hey c'est l'infirmière psychopathe, t'a pas bougé ?"

Mais au lieu de voir Nathan j'ai devant moi un loup brun, aux yeux marron clair.
Je m'approche un peu histoire de pouvoir fermer la porte et contemple le loup.
J'ai toujours voué un étrange culte aux loups : pour moi si tu réussis à en approcher un sans te faire mordre ça te porte bonheur et puis même, en soit un loup c'est un peu majestueux non ?
Je m'approche doucement pour le caresser sans faire trop de bruits, ils ont une ouïe très sensible. Il grogne un peu, mais se laisse finalement faire.

" Qu'est-ce qu'un loup fait ici ?
M'enfin je m'attends pas à ce que tu me répondes en même temps."


Je m'assieds à côté de lui.
C'est vrai que j'ai la confiance la parce que certaines personnes trouveraient ça super dangereux, mais si je ne lui fais pas de mal il ne va pas m'en faire je pense.

" Tu dois t'emmerder ici... Mais je ne peux pas te faire sortir, du moins pour l'instant.
T'as un pelage rare, d'habitude ils sont tous noir, blanc, roux ou un mixe des trois.
Noirs encore ça passe, mais les gens ont vraiment des habitudes bizarres à préférer tout ce qui est blanc, immaculé.
Comme si cette couleur rendait les animaux magiques et doux comme des licornes. Oh j'avais oublié d'enlever mes écouteurs."


Bon a part ça Nathan à bougé....
Il ne perd rien pour attendre s'il continue comme ça !
Peut-être qu'il vient juste de sortir, je lui ai dit trois jours et on est le quatrième.
De toute façon je ne devrais rien dire parce que c'est de ma faute s'il est immobilisé comme ça.

_________________

We gonna f♠ck death

«- Do you have some love for me ?
- Sure, it's fun to fuck with the dark side!
»

Sucrette


Dernière édition par Yolandi S.R. Venom le Ven 12 Juil - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sandro W. Deshaies


avatar

Féminin
▌Messages : 83
▌Date de naissance : 31/10/1995
▌Date d'inscription : 15/08/2012
▌Age : Ϟ 24 ans.
▌Avatar : Ϟ Ed' Westwick :face:
▌Crédits : Ϟ Pix'


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Un loup dans l'institut. [à archiver]   Sam 6 Oct - 15:59

  • Je n'avais pas croisé mon colocataire depuis un bout de temps. Comme s'il s'était volatilisé. A moins qu'il ne soit invisible. Je déglutis à cette idée. Et pourquoi pas après tout ? S'il était ici, c'est qu'il était .. spécial non ? Je secouais la tête. Inutile de se poser toutes ces questions. Les réponses viendraient bien assez tôt. Pas la peine de s'embêter avec ça. D'autant plus que j'étais épuisé. J'avais courus toute la nuit dans la peau du loup. Histoire qu'il puisse un peu se dégourdir les pattes .. histoire aussi qu'il me laisse un peu de répit. En le laissant prendre la main, je pouvais cesser de penser, et me laisser aller à relâcher ma garde. Lui lâcher un peu la bride. Il était tard, ou très tôt, cela dépend du point de vue. Le soleil commençait à se lever, lorsque j'avais jugé bon de remonter dans la cellule. Toujours sous ma forme lupine. J'avais trouvé sans problème (il était plus simple de suivre la marque olfactive que j'avais laissée en partant, que de me fier à ma vue humaine, si peu fiable dans la pénombre du petit matin), je n'avais rencontré personne sur mon chemin d'ailleurs. Et c'était aussi bien, en sois. J'évitais de montrer le loup. Sachant pertinemment que cela éveillerait la crainte chez les ... pensionnaires. Trop de problèmes en auraient découlé. Et les blouses blanches auraient pu décider de m'enfermer à nouveau dans les sous-sols. Non vraiment, je ne tenais pas à déclencher une esclandre. Bref. J'avais ouvert la porte d'un coup de patte, passé mon ... son museau à l'intérieur de la ... chambre ... et l'avait entr'ouverte pour me glisser à l'intérieur. Après quoi. J'avais bondis sur le ... lit ... j'avais toujours du mal à appeler ça un lit, et puis finalement, je m'étais endormis. Mais quelques heures plus tard, des bruits de pas m'avaient tiré du sommeil, et je m'étais réveillé en sursaut. Les pattes écartées, les oreilles plaquées sur le crane, la gueule béante, ouverte sur une rangée impressionnante de crocs, blancs et aiguisés comme des lames de rasoirs. Ma tension montait à chaque bruit de pas. Jusqu'à atteindre son paroxysme. Mon cœur battait la chamade, et l'adrénaline courait dans mes veines. Mon pelage se hérissa très légèrement sur mon cou, et mon dos. Mais lorsque la porte s'ouvrit..

    « Hey c'est l'infirmière psychopathe, t'a pas bougé ? »


    Je me suis un peu relâché.. La gamine qui se tenait dans l'entrebaillement de la porte n'avait absolument rien de menaçant. Pas de blouses blanches à l'horizon. Rien qu'une nana androgyne, avec une drôle de coupe de coupe de cheveux, et l'air d'avoir mal dormis. Un poil trop maigre aussi. En même temps dans cet institut de misère, le contraire aurait été étonnant. Elle a plus rien dit après m'avoir aperçut. Mais étrangement elle, n'avait absolument pas l'air effrayée. Bien au contraire. Elle a refermé la porte grinçante le plus doucement possible, et puis elle s'est approchée en tachant de faire le moins de bruit possible, ce que j'appréciais. Ses yeux brillaient, elle semblait captivée. Et moi de mon côté, j'étais bien incapable de la quitter des yeux. Peut-être parce que la méfiance perdurait. Ou alors parce que je ne m'étais pas attendu à ce type de réaction. En tout cas, lorsque j'ai vus ses doigts se tendre dans ma direction, je n'ai pu retenir un grognement sourd de mise en garde. Fallait peut-être pas pousser non ? Pourtant, sa paume s'est contentée de glisser sur mon crâne sans me faire de mal, et j'ai cessé de gronder. Je restais tendu néanmoins. Cette petite n'avait pas peur de grand chose, hein ? La preuve, elle venait de s'asseoir sur mon lit. Sans cesser de passer les doigts dans ma fourrure brune.

    « Qu'est-ce qu'un loup fait ici ?
    M'enfin je m'attends pas à ce que tu me répondes en même temps. »


    J'ai tourné la tête vers elle. Les loups ne sont pas censés se regarder dans les yeux, c'est une marque de non-respect. Un défi. Sauf qu'en cet instant, la blondinette en face de moi, n'avait rien d'un animal menaçant, aussi me sentais-je le droit de la fixer. Tôt ou tard, elle se rendrait bien compte que je n'étais pas qu'un loup. En attendant, le loup en question, souffla par la nez, dans une mimique rappelant le soupir ... moqueur. Je plissais les yeux et inclinais la tête sur le côté en lui enfonçant mon museau dans les côtes. Eh oui, c'était tout le problème d'être un loup, la communication avec mes ... semblables devenaient compliquée. Très compliquée. On faisait avec les moyens du bord.

    « Tu dois t'emmerder ici... Mais je ne peux pas te faire sortir, du moins pour l'instant.
    T'as un pelage rare, d'habitude ils sont tous noir, blanc, roux ou un mixe des trois.
    Noirs encore ça passe, mais les gens ont vraiment des habitudes bizarres à préférer tout ce qui est blanc, immaculé.
    Comme si cette couleur rendait les animaux magiques et doux comme des licornes. Oh j'avais oublié d'enlever mes écouteurs. »


    Je lâchais un grognement en m'ébrouant. Avant de croiser à nouveau son regard. Oui, je suppose que si au moins j'avais eu la couleur adéquat, cela aurait eu le bénéfice de rassurer un peu les gens... Mais même ça, je ne l'avais pas. Mon pelage avait plus la couleur du chocolat, que de neige ou de la nuit. Enfin bref. Cette petite n'avait pas l'air aussi niaise que ce que pouvais le laisser penser son comportement, (qui aurait eu l'idée d'aller se jeter entre les pattes d'un loup pour lui grattouiller la tête, de nos jours ? Non mais franchement, y'avait pas écrit "Lassie" sur mon front que je sache !) et c'était plutôt une bonne nouvelle : parce que peut-être qu'elle pourrait m'aider à m'enfuir d'ici ? Fol espoir. De nouveau je m'ébrouer, pour l'heure, l'important était plutôt de lui faire comprendre qui j'étais, et de lui faire cracher son nom, pendant qu'on y était ... quoi que ça j'avais vraiment peu de chance d'y parvenir. Vous en connaissez beaucoup vous, des gens qui vont serrer la patte d'un loup "enchanté moi c'est richard" ? Moi pas. D'un autre côté ... je ne connais pas non-plus beaucoup de personne qui viendraient caresser un loup inconnu comme ça, sans aucune méfiance. Et en cela, elle avait l'air si enfantine. Qu'il m'était pour l'instant impossible de l'attaquer. Du moins, c'est ce que je soutenais au loup, depuis plusieurs minutes. En effet ce dernier n'aurait eu aucun scrupule en faire son petit déjeuner. Oh damned. Sandro concentre toi. Je me relevais comme un ressors et bondis du côté du peu d'effet personnel que je possédais. Un sac léger et percé à plusieurs endroits. Je le saisis dans ma gueule et le posais au pied de ... et bien de l'inconnu ! Avant de le pousser dans sa direction d'un coup de museau. Dans le sac, hormis deux jeans et quelques t-shirt, il y'avait surtout une photo. De Nicotine, et moi. Il y'a longtemps. Mais nous restions tout deux reconnaissable. Peut-être ferait-elle le lien ?

    Comme elle ne s’exécutait pas pas assez vite selon moi, accaparée par je en sais quelles pensées, je poussais une espèce hurlement, mi-aboiement, mi grognement, qui dû la surprendre, mais qui eu le bon goût de la ramener parmi nous. Oh certes, j'avais conscience de me conduire comme un toutou avec son os ... mais on fait c'qu'on peut avec les moyens (super limités) du bord !


_________________
SANDRO WYATT DESHAIES ♠️ Va-t-en. Cours de toutes tes forces. Ne te laisses pas rattraper par le passé. Ne te laisses pas submerger par les ténèbres. Mais quoi que tu fasses, tu te trouveras face à un masque qui est ton propre reflet. Car on n'échappe pas impunément à ses démons
©️ Mzlle Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Yolandi S.R. Venom


avatar

Féminin
▌Messages : 1115
▌Date de naissance : 08/04/1994
▌Date d'inscription : 14/07/2012
▌Age : 18 ans
▌Avatar : Yolandie Vi$$er
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/100  (0/100)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Un loup dans l'institut. [à archiver]   Dim 7 Oct - 11:53



Un loup dans l'institut.

Ce loup a l'air très obnubilé par ses pensées.... C'est étonnant - je ne vois pas comment qualifier ça autrement -.

" Je ne pense pas que tu comprennes ce que je dis mais bon... Je m'appelle Yolandi, avec un prénom comme cela on peut être sûr que mes géniteurs voulaient me faire une farce à ma naissance. "

Je fais une pause de quelques secondes puis reprends.

" Si t'a faim te gène pas : bouffe moi on s'emmerde ici. Mais bon j'irais te chercher de la nourriture dans le réfectoire si tu veux et si je suis encore en vie d'ici là."

Il se redresse précipitamment et pousse un sac vers moi. Un sac assez abîmé. Je le regarde comme pour m'assurer qu'il veut que je l'ouvre et je crois que c'est le cas. Je le prends donc sur mes genoux et je l'ouvre. AAAH MON DIEU UNE TÊTE TRANCHÉE !
Non je déconne, il contient quelques affaires de rechange et en fouillant bien une photo.
Une photo avec deux jeunes dessus, ils sont bien assortis on dirait presque qu'ils sont en couple. Le loup se met à hurler ce qui me fait sursauter.

" Oh du calme j'ai le droit de réfléchir ! "

Mais qu'est-ce qu'il veut à la fin ? ! Je ne pense pas que ce soit le linge qu'il voulait me montrer - à moins qu'il veille que je le lave ? - donc ça doit être la photo.

" C'est ton maître ?"

Quoique je ne pense pas qu'on puisse amener nos animaux de compagnie ici, sinon on verrait surement deux ou trois caniches que j'aurais un peu cramé (oui je fais des trucs bizarres quand je m'ennuie). Soudain une supposition me traverse l'esprit.

" Non non non non non hahaha NON."

Oui il n'y a aucune logique dans cette phrase donc n'en cherchez pas. Il y a deux lits, dont un qui appartient à Nathan et l'autre sur lequel je l'ai trouvé, sans parler de son attitude en général qui est quand même assez "humaine" : dans notre monde les loups ne tendent pas de sacs pour vous montrer des photos. Bref tout ça pour dire que l'idée qui vient de me traverser l'esprit est qu'il serait peut-être possible que ce soit un pensionnaire.
Et que dire d'autre que non non non non non ?
C'est évident il n'y a pas d'autre possibilité. La colère m'envahit doucement, il se fout de ma gueule ? J'ai pas l'air conne moi maintenant ! Bon en même temps il ne pouvait pas vraiment parler je suppose.

" Tu....Tu est un humain c'est ça ? Et ça c'est une photo de toi."


_________________

We gonna f♠ck death

«- Do you have some love for me ?
- Sure, it's fun to fuck with the dark side!
»

Sucrette
Revenir en haut Aller en bas
Sandro W. Deshaies


avatar

Féminin
▌Messages : 83
▌Date de naissance : 31/10/1995
▌Date d'inscription : 15/08/2012
▌Age : Ϟ 24 ans.
▌Avatar : Ϟ Ed' Westwick :face:
▌Crédits : Ϟ Pix'


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Un loup dans l'institut. [à archiver]   Lun 8 Oct - 9:27


  • Oh. Merde. Je ne l'avais vraiment pas vue venir celle là.

    « C'est ton maître ? »



    J'ai montré les dents un coup, le cou tendu, le pelage à nouveau hirsute et les crocs à quelques centimètres de son visage. Qui a un maître ? Un grognement sourd est monté de ma gorge. Mais je finis par me détourner.

    « Non non non non non hahaha NON. »



    Demis tours. Je l'ai "dévisagée" autant qu'un loup est capable de le faire en tout cas. Était-elle en train de tourner folle ? Je me suis assis par terre pour lui faire face. Pré-sentant que cette suite négative n'était qu'un début. Après tout. On ne pouvait décemment pas répéter le même mot juste comme ça. Pour le côté fun ? Les gens normaux évitaient en tout cas. J'ai plissé les yeux. Mouais. Cette nana avait absolument pas l'air de faire partie de cette catégorie. J'aurais pas été surpris de la voir déclencher un ouragan juste en éternuant. Ou attendez, à tous les coups, elle était capable de foutre le feu par la pensée. Je frissonnais et réprimais un jappement. Feu. Ce truc qui pouvait réduire à peu près n'importe quoi à néant. Et qui réduisait toute ma volonté à néant. me pétrifiait sur place. Me rendait sourd à tout. Au monde autour de moi. Je me repris. Je ne savais pas. ne pouvais pas savoir. Je me devais de me calmer. Je ne pouvais pas savoir ce qu'elle était. peut-être n'était-elle tout simplement pas spéciale ? Je n'y croyais pas moi même, et loup moins encore.

    « Tu....Tu est un humain c'est ça ? Et ça c'est une photo de toi. »



    Sa voix me ramena à la réalité. Bien joué Sherlock. Excellente déduction. Grognement approbateur de la part du loup. Soudain .. Soudain j'en ais plus qu'assez d'être dans la peau de cette sale bestiole. J'ai besoin de récupérer ma place. Maintenant ! Je me lève, à quatre pattes d'abord, puis je pousse, je tire, je m'étire moi même, et une douleur lancinante cours dans tous mes muscles, dans tous mes os, qui se tordent et s'allongent, se creusent et se raccourcissent. Un geignement s'échappe de mes lèvres tandis que mes crocs disparaissent, laissant place à des dents, blanches et alignées. De ma fourrure, ne restent alors qu'une touffe de cheveux hirsute. Mon museau se change en nez, et je me tiens debout désormais. Et domine la dite Yolandi de vingt bon centimètres. Un sourire plutôt satisfait aux lèvres. Je lui retire le sac des main et entreprend, sans me presser, de me rhabiller. Un simple jean suffira. Une fois cette tâche accomplie, je me tourne vers la fille, toujours assise sur mon lit, au passage.

    « Hmm. »

    Un grognement, une basse, trop rauque, un son gutturale. Une simple constatation.

    « Humain oui ... on pourrait le voir comme ça. Pour ma part, je dirais plus "homme-loup". »marmonnais-je, en la vrillant du regard.

    Un regard plus animal qu'humain. Le loup à les même yeux, je le sais. Je connais cet éclat bestial qui anime nos prunelles respectives. Identiques ? Hmm. ça fait du bien de se tenir sur ses deux jambes, de marcher sur deux pieds. Avide, je m'y essaie, et déambule quelque instants dans la pièce, avant de m'asseoir sur le lit de mon ... eh bien disons colocataire. Ce qu'il ne sait pas ne peut pas lui faire de tors, et moi je peux bien lui emprunter son lit.

    « Yolandi c'est ça ? Je m'appelle Sandro. Tu as du cran, pour une gamine. »ajoutais-je avec un demi-sourire.

    En réalité, je la testais. L'âge n'était rien et si elle était là, c'est qu'elle devait être aussi exceptionnel que les autres. Mais je voulais mesurer un peu, qui elle était, et ce qu'elle foutait là.

    « Tu connais mon pouvoir ... »dis-je en crachant presque le dernier mot« Un loup dans ma tête. Mais ... je ne connais pas encore le tiens. »


_________________
SANDRO WYATT DESHAIES ♠️ Va-t-en. Cours de toutes tes forces. Ne te laisses pas rattraper par le passé. Ne te laisses pas submerger par les ténèbres. Mais quoi que tu fasses, tu te trouveras face à un masque qui est ton propre reflet. Car on n'échappe pas impunément à ses démons
©️ Mzlle Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Yolandi S.R. Venom


avatar

Féminin
▌Messages : 1115
▌Date de naissance : 08/04/1994
▌Date d'inscription : 14/07/2012
▌Age : 18 ans
▌Avatar : Yolandie Vi$$er
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/100  (0/100)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Un loup dans l'institut. [à archiver]   Mer 10 Oct - 15:27



Un loup dans l'institut.

Il grogne encore une fois et soudain son expression change, il se relève sur ces quatre pattes. Tandis que son corps se transforme en je ne sais quoi, je recule sur le matelas, assistant à la scène complètement désemparée sans savoir si je dois l'aider, courir me réfugier loin, ou me cacher sous le lit. Il a peut-être avalé une croquette -ou un bras- de travers ?
Il grandit de plus en plus et ce n'est vraiment pas rassurant, d'autant plus le spectacle de ses os changeant de forme est atroce. Ses crocs acérés et son museau diminuent, même ses poils disparaissent.

Et c'est maintenant un humain qui se tient devant moi, en tenus d'Adam (ça peut paraître surprenant, mais non les loups n'ont pas de vêtements je vous jure), bien plus grand que moi. Il a presque l'air fier de lui, maintenant il reste à deviner si c'est de son tour de magie ou parce qu'il m'a en quelque sorte prise au dépourvu. Oui je suis surprise, excusez-moi je vois pas des mecs faire : là je suis un loup ! là j'suis pas un loup ! Loup ! Pas loup ! tous les jours. Il récupère son sac et se rhabille pendant que je détourne le regard.
Il se retourne en suite face à moi.

« Hmm. »

Je n'aime pas les phrases en suspend, surement parce qu'elles annoncent souvent des mauvaises nouvelles.

« Humain oui ... on pourrait le voir comme ça. Pour ma part, je dirais plus "homme-loup". »

Ok, et bien je me ferais appeler l'incendie dès maintenant puisque qu'on a le droit de donner un nom à ce qu'on veut.
Il me lance un regard, ce type de regard que je ne peux pas supporter, ceux qui t'analyses. Je me relève instinctivement - même s'il faudrait que je monte sur le lit pour faire sa taille - tout détournant une nouvelle fois le regard avec une mine exaspérée.
Il commence à marcher, peut-être pour ré-articuler ses jambes ? Puis va s'asseoir sur le lit de Nathan tandis que je m'appuie contre un mur de la cellule.

« Yolandi c'est ça ? Je m'appelle Sandro. Tu as du cran, pour une gamine. »

Gamine.... Gamine !

" La gamine te dit d'aller te faire..."

Je m'arrête là, il est possible qu'il n'ait pas voulu être sarcastique et ça ne sert à rien de continuer alors que la suite est évidente. Il me sort de mes pensées recommençant à parler.

« Tu connais mon pouvoir ... »

Il marque une courte pause puis reprend.

« Un loup dans ma tête. Mais ... je ne connais pas encore le tiens. »

Ou comment dire "quel est ton pouvoir ?".
Maintenant que j'y pense... J'enflamme mes cheveux en une fraction de seconde et le regarde avec un sourire qui veut tout dire. L'aurais-je surpris à mon tour ?

" C'est ça mon pourvoir, j'utilise mon énergie pour m'enflammer ou lancer des boules de feux."

Je remarque me mes écouteurs traînent encore. C'est fou ce que je peux foutre mes affaires partout comme ça. Je me baisse pour les rattraper.

" Je crois que le loup dans ta tête ne doit pas être très enchanté par mon pouvoir, mais t'inquiète pas je ne suis pas une sadique ou une psychopathe. Et puis ce serais trop bête de brûler un loup majestueux comme ça !"

Bon j'étais venue pour quelque chose quand même donc il serait temps de s'en occuper.

" Tu sais où est passé Nathan.... Ton colocataire ?"

Je vais éviter de lui raconter ce que je lui ai fait parce que sinon je suis risque d'être le kebab du loup et bien que ça puisse être tentant (allé, avouez : on a déjà tous voulut être un kebab) je m'y oppose.


_________________

We gonna f♠ck death

«- Do you have some love for me ?
- Sure, it's fun to fuck with the dark side!
»

Sucrette
Revenir en haut Aller en bas
Sandro W. Deshaies


avatar

Féminin
▌Messages : 83
▌Date de naissance : 31/10/1995
▌Date d'inscription : 15/08/2012
▌Age : Ϟ 24 ans.
▌Avatar : Ϟ Ed' Westwick :face:
▌Crédits : Ϟ Pix'


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Un loup dans l'institut. [à archiver]   Ven 4 Jan - 13:36


  • Gloups.
    Oui ...
    Daccord ...
    Ok ...
    Donc ... je suis en train de faire la conversation à une torche humaine. Une torche humaine qui a cru bon de s'asseoir sur mon lit. Hyn hyn hyn, très drole. Tout à coup il faut que je me retienne de toutes mes forces pour ne pas sauter sur mes pieds, la chopper par le col et lui hurler de DEGAGER D'ICIIIIIII !
    Parce que pour être tout à fait franc, le feu et moi, c'est une grande histoire de haine.
    Le loup s'agite en moi, et gémit doucement, tandis que je fixe l'adolescente qui, (très certainement poussée par l'ennuie), vient juste de s'embraser sous mes yeux.
    Soit.
    Inspiration.
    Expiration.
    On se détend.
    C'est toujours sympa, quand on est à moitié loup, de s'apercevoir que les gens avec lesquels on discute depuis plusieurs minutes sont susceptible de S'ENFLAMMER ! BORDEL !

    « Nom de Dieu ! » je cris en clignant plusieurs fois des yeux

    « Je crois que le loup dans ta tête ne doit pas être très enchanté par mon pouvoir, mais t'inquiète pas je ne suis pas une sadique ou une psychopathe. Et puis ce serais trop bête de brûler un loup majestueux comme ça ! »


    Ouais ... Tu crois pas si bien dire gamine.

    « Oh, donc me faire griller pour le barbecue de ce soir n'est pas au programme, chouette nouvelle, merci beaucoup, je me sens beaucoup mieux maintenant ! » j'ajoute en gesticulant.

    « Tu sais où est passé Nathan.... Ton colocataire ? »


    Le loup est horrifié. Proprement horrifié. Et il s'agite comme un beau diable, en injuriant Yolandi de tous les noms d'oiseaux qu'il connait, c'est à dire beaucoup. Comme pour faire écho à ses paroles un grognement sourd m'échappe, et je lui montre les dents.

    « Nathan ? J'lai pas vu, s'il te plaît ... S'il te plaît ... S'IL TE PLAÎT ARRÊTE, éteins ça tout de suite ou je te jure QUE JE FAIS UN MALHEUR ! »

_________________
SANDRO WYATT DESHAIES ♠️ Va-t-en. Cours de toutes tes forces. Ne te laisses pas rattraper par le passé. Ne te laisses pas submerger par les ténèbres. Mais quoi que tu fasses, tu te trouveras face à un masque qui est ton propre reflet. Car on n'échappe pas impunément à ses démons
©️ Mzlle Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Yolandi S.R. Venom


avatar

Féminin
▌Messages : 1115
▌Date de naissance : 08/04/1994
▌Date d'inscription : 14/07/2012
▌Age : 18 ans
▌Avatar : Yolandie Vi$$er
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/100  (0/100)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Un loup dans l'institut. [à archiver]   Ven 4 Jan - 19:44


Un loup dans l'institut.


« Nathan ? J'lai pas vu, s'il te plaît ... S'il te plaît ... S'IL TE PLAÎT ARRÊTE, éteins ça tout de suite ou je te jure QUE JE FAIS UN MALHEUR ! »

Je m'exécute et mes cheveux retombe doucement comme si rien de s'était passé, je reste figée. Zut moi qui voulais lui montrer que je pouvais enflammer mes yeux, c'est raté... Je tourne ma tête et rougie.

- Désolé, j'ai l'habitude d'enflammer mes cheveux ou mes yeux sans arrêt je n'avais pas pensé que ça te ferait peur...

Bon après tout c'est logique qu'il ne soit pas copain-copain avec le feu puisque c'est un loup. Heureusement que le bon-sens m'habite... Sinon ça ne m'avance pas pour Nathan. Il est peut-être mort. Oui ça doit être ça. Pourquoi je n'ai pas de peine ? Hé bien parce que je lui avais bien dit de ne pas se lever ! Je sais, je m'horrifie moi-même pas la peine de me sermonner. Je m'assieds sur son lit bien en face de lui et le fixe pendant 5,10,20 minutes. Je suis en train de me demander si le loup et lui sont la même personne... Lorsque j'étais en feu il semblait essayer de se maintenir et je dois avouer que ça m'a fait assez peur.

- Le loup... Ce n'est pas vraiment toi ?

Je fais une pause de quelques autres minutes.

- Je dis ça parce que je n'ai pas l'impression que toi tu veuilles me bouffer au contraire du loup.

Après je dis pas que je suis forte pour déterminer ce que pensent les gens de moi. C'est compliqué quand même, maintenant que je sais qu'il ne faut pas que je m'enflamme -au sens propre, mais je suppose qu'il vaut mieux que je l'applique aussi au sens littéral- ça me bouffe de l'intérieur, c'est comme un besoin (de faire chier les gens ?).

- Et sinon comment t'es arrivé dans l'institut ? Si tu penses que je vais m'en servir contre toi ne me le dis pas, ça ne me vexera pas.

Quasiment toutes les personnes que j'ai rencontrées dans cet institut ne veulent jamais parler de ça ou de leur pouvoir par peur qu'on s'en servent contre eux -ce qui est effectivement justifié- après je ne sais pas... J'ai peut-être des tendances au suicide, mais si quelqu'un d'inconnu m'arrête dans l'institut pour me demander ces informations je lui dis immédiatement. Ah mais non ce n'est pas des tendances suicidaires ! C'est juste de l'inconscience !


[Rp que je choisis de stoper puisque le caractère de mon personnage a changé]

_________________

We gonna f♠ck death

«- Do you have some love for me ?
- Sure, it's fun to fuck with the dark side!
»

Sucrette
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un loup dans l'institut. [à archiver]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un loup dans l'institut. [à archiver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» un loups dans la ville ainsi que des pirates et un chasseur sans m'oubliez moi ainsi que les civils...
» L'Opéra ou comment brûler un loup dans la chaufferie [Chastity, Comte] [20/12/41]
» Empreinte de Loup
» un loup dans la rivière, le coeur battant (pv Lexy)
» Silke Sambre, un loup dans la ville
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: -
Sauter vers: