AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ally Mc Coller


avatar

▌Messages : 183
▌Date d'inscription : 14/08/2012
▌Age : 30 ans
▌Avatar : Ali Larter
▌Crédits : enjoybarbapapa
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.   Mar 1 Jan - 13:50

Il fut un temps où le Soleil se levait pour briller.
With Aaron Harker

Peut-être aurait-elle dût faire la fête, aujourd'hui. Après tout, n'allaient-ils pas commencer une nouvelle année, très prochainement ? Ordinairement, sa famille lui aurait demandé d'enfiler l'une de ses plus jolies robes en attendant d'attendre qu'ils rentrent du travail. Leur plus proche voisin serait allée la chercher pour aider sa femme à préparer la dinde pour le soir même. Car après tout, il fallait cuisiner pour tout le monde, et la petite était en vacances. Elle pouvait leur donner un coup de main.

Madame Burthberry était une dame adorable, la maman de tous les membres de leur grande famille. Gamine, elle avait souvent été sa baby-sitter. A présent, elle était à la retraite, et s'occupait donc d'aider au mieux ses congénères, toujours ravie de recevoir du monde par la suite. Le soir venu, Ally aurait retiré son tablier tâché de sauce et de graisse, avant d'aller accueillir ceux qui rentraient du travail. De sauter dans les bras de son père, qui l'aurait alors soulevée de terre, en remarquant qu'elle se faisait de plus en plus lourde. Elle lui aurait rétorqué que c'était lui, qui se faisait de plus en plus vieux.

Puis, la lumière et les rires auraient perduré toute la nuit.

Mais à présent, la nuit était tombée, et n'était jamais partie. Les rires s'étaient éteints. Dix-huit ans s'étaient écoulés.

Le soleil brillait haut dans le ciel, aujourd'hui. Entre les murs de cette prison, Ally gravit à nouveau les escaliers menant aux combles. Plus jeune, elle y avait été des heures et des heures. Cherchant à dissimuler le moindre de ses trésors. A tuer les heures. A oublier ce qu'elle avait subit quelques minutes auparavant. A faire des plans, afin de trouver à s'enfuir. Puis, à accepter ce pourquoi elle était là, et à faire en sorte de respecter les ordres qu'elle recevait. Essayer de s'accepter, de ne plus culpabiliser. Quelque part, dans un coin de cette grande pièce, sous les poutres, Ally avait laissé de côté son adolescence pour grandir plus vite que le temps qui lui avait été donné.

En arrivant dans cette pièce, après avoir enfilé rapidement un débardeur noir et un jean, une paire de baskets, Ally ne savait pas trop ce qu'elle voulait trouver. Grimper sur les toits, regarder le soleil se lever ? Elle l'avait déjà fait maintes et maintes fois. Elle se dirigea cependant vers l'un des coins les plus sombres des combles, et y souleva une petite brèche du parquet. Fronçant les sourcils, elle y plongea les mains, pour en remonter une feuille, pliée en six.

Ally finit par lâcher un petit sourire, dépliant sa trouvaille : c'était un dessin, une carte en quelque sorte. Un début de plan qu'elle s'était fait de cet enfer. Avec l'espoir d'en découvrir tous les recoins. Elle s'était arrêté dans ses tracés, au crayon. Pensive, elle replaça la petite dalle de bois à sa place, rebouchant le trou.

Puis, un craquement. Ally fourra le papier dans sa poche arrière, faisant volte-face. Se laisser aller dans ses pensées, et vous pouvez être trahis sans vous y attendre. Son regard changea. Elle fronça les sourcils.

" Qui est là ? "

_________________

Keep this to yourself.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Harker


avatar

▌Messages : 45
▌Date d'inscription : 24/12/2012
▌Avatar : Jared Leto


MessageSujet: Re: Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.   Mar 1 Jan - 18:12


Aaron s'était levé tôt aujourd'hui. Il en avait plus que marre d'être dans sa cellule sans rien faire qu'attendre. Attendre quoi ? Attendre qui ? La délivrance ? Elle n'allait pas arriver toute seule... La mort peut être mais pas la liberté. Il en voulait de plus en plus à Stark, qu'est ce que c'était que ce plan débile de rassembler des gens « anormaux » pour en faire une armée ! Mais mec, t'as fumé combien de joints avant de venir ? Sérieux ?! Raaaah, Aaron s'énervait tout seul, et il était sanguin. Le problème c'est que dans ces moments là, il devient un peu imprévisible et dangereux, pour lui même et pour les autres. Quand il sent cet état de ténèbres l'envahir, il faut absolument qu'il soit tout seul. Pour ne faire de mal à personne sinon lui. Aussi Aaron se dit que le meilleur moyen pour se calmer devait être les combles. Il croisait rarement des gens aller sous les toits. Il y a avait en comparaison plus de monde sur les toits et dans le parc que dans les combles.

Aaron avait enfilé une chemise noire, il portait une chaîne en argent autour du cou, et avait un jean. Il serrait les poings et les dents, il aurait voulu avoir sous la main, un punching-ball. Il se téléporta alors sans bruit dans les combles. Il vit une jeune femme qui regardait une papier assez vieux et chiffonné, et qui semblait pensive. Celle-ci sut sa présence immédiatement et coupa toute présentation dans les règles en posant la question : « Qui est là ? »

Aaron sortit une partie de son visage de la pénombre. Il regardait attentivement la jeune femme, et ce petit papier caché à la va vite l'intriguait, si bien qu'il en a complètement oublié la raison de sa venue dans les combles. Sur la défensive, le jeune homme répond « Je pourrais te retourner la question..»

Il observait la demoiselle qui avait les sourcils froncés et qui cherchait à mettre un nom sur le visage de l'inconnu. Aaron enchérit toutefois sa réponse par : « Je m'appelle Aaron.»
Il s'approche un peu de la demoiselle, et le plancher grince sous ses pas. Il pose un regard assez dur sur la demoiselle. Puis, il fait une petite révérence ironique « Puis-je savoir à qui ais-je l'honneur, maintenant ? »
Il s'arrêta, il était à quelques mètres de la jeune femme. Il était sûr de ne l'avoir jamais vu au par avant. Elle semblait un peu plus âgée que lui, Mais bon puisqu'il ne connaissait pas son propre âge, comment estimer celui des autres...
Revenir en haut Aller en bas
Ally Mc Coller


avatar

▌Messages : 183
▌Date d'inscription : 14/08/2012
▌Age : 30 ans
▌Avatar : Ali Larter
▌Crédits : enjoybarbapapa
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.   Mar 1 Jan - 19:57

La lumière traversait faiblement les combles, donnant une ambiance mystérieuse à l'endroit. Cependant, avec les petites lucarnes, il était facile de discerner les silhouettes, les personnes qui pouvaient se trouver dans la salle. Ally demeurait immobile, ayant rangé son papier dans sa poche à l'arrière. Fronçant les sourcils, dérangée par la présence qui venait d'apparaître sans crier gare, elle ne bougeait pas d'un pouce.

Alors, cette personne s'avança, répondant directement à sa question. Ally plissa les yeux, déterminée à percevoir un peu à qui elle avait à faire.

« Je pourrais te retourner la question..»

Un homme. Les cheveux noirs, les yeux clairs, perçants. Quel âge avait-il... Elle ne pouvait le deviner. Il semblait plus vieux que bien des pensionnaires. De plus, sa voix était plus grave, plus marquée par le temps. Quant au fait d'être plus vieux qu'elle... C'était une question à laquelle elle n'avait pas la réponse.
Elle ne l'avait encore jamais vu, ici. Ou peut-être l'avait-elle croisé... Rapidement. S'il avait été sous les ordres de Stark, peut-être l'aurait-elle rencontré plus tôt. Un détail qu'elle n'épargna guère.

« Je m'appelle Aaron.»

Il s'approcha. Ally demeura sur la défensive, et faillit reculer d'un pas en entendant le plancher grincer. Pour aussi peu, il y a bien des années, elle aurait levé la babine, montré les crocs. Mais à présent, ce n'était plus le cas. Si elle pouvait encore dissimulée la personne qu'elle était à ceux qui l'ignoraient, alors, elle préférait le faire.

Sa défensive n'était pas retirée. Alors, l'individu fit une petite révérence.

« Puis-je savoir à qui ais-je l'honneur, maintenant ? »

D'abord surprise, elle planta son regard dans le sien. Un petit temps de silence s'insinua, pendant lequel Ally ne sortit aucun mot. Puis, toujours sans s'avancer d'un pas, elle finit par lui répondre, d'un ton plus calme, mais assuré.

" Répondre à une question par une autre... Tu ne devais pas savoir quoi répondre. Je m'appelle Ally. "

Continuant de le dévisager, la jeune femme se sentit coincée. Après tout, derrière elle se trouvait un mur ; devant elle, cet inconnu. Un traquenard, pas bon ça. Elle frôla alors Aaron, lui tournant le dos. Puis, une fois un peu plus éloignée de lui, elle fit volte-face.

" Je ne t'ai encore jamais vu. Ca fait longtemps, que tu es... Ici ? "


Elle lâcha un petit sourire ironique.

" Tu sembles aussi... Plus vieux. Qu'est-ce que tu viens faire ici ?"

_________________

Keep this to yourself.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Harker


avatar

▌Messages : 45
▌Date d'inscription : 24/12/2012
▌Avatar : Jared Leto


MessageSujet: Re: Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.   Jeu 3 Jan - 19:26

Aaron après sa révérence essuya un léger silence accompagné d'un regard, une analyse fine des deux côtés. Il était tout a fait immobile et regardait la femme blonde qui se tenait devant lui, avec une posture qui traduisait légèrement son appréhension envers le jeune homme. Elle finit par lui répondre d'un ton relativement calme. Aaron aimait bien les gens calme, il appréciait d'avoir une conversation sans manque de respect ou autre, bien qu'il n'en était pas spécialiste.

Elle avait l'air d'avoir le sens de l'observation, elle avait cerné sa façon de répondre par une question. Elle s'approcha du jeune homme et le frôla sans lui accorder un regard, et restant de dos. Elle s'éloigna un peu et puis en se retournant lui demanda depuis quand il était ici.

C'était une excellente question. Il ne le savait pas vraiment, il avait perdu la notion du temps. Aaron ne vit pas le sourire d'Ally. Il regardait les combles comme si la réponse allait apparaître comme par magie. Environ six mois ? Depuis combien de temps on le torturait sans qu'il n'en ait conscience.

« Ca doit faire six mois. J'imagine que t'es une ancienne pour dire ce genre de phrase n'est-ce pas ? »

Il avait posé cette question mais n'attendait pas réellement de réponse, son assurance le montrait clairement pour elle. Il resta immobile continuant de scruter l'inconnue. Son bref mouvement pour glisser quelque chose dans sa poche à son arrivée avait intrigué Aaron qui décida de lancer le sujet. Mais elle lui posa une question avant qu'il ne puisse parler...

«  Tu sembles aussi... Plus vieux. Qu'est-ce que tu viens faire ici ? »

Il la regarde, surpris. Ce qu'il venait faire ici, et lui qui voulait être curieux, c'était à lui qu'on posait la question. En plus il ne savait même plus ce qu'il foutait là, impossible de s'en rappeler. Il avait quand même des troubles de mémoires importants ça devenait craignos... Aussi décida-t-il d'éviter le sujet, éviter de passer pour un bouffon c'est mieux.

« Eh bien, je fais un tour, mais toi t'avais l'air occupée... Tout vas bien ? Rien a cacher hein ? »

Il avait dit ça en regardant avec insistance sa poche. L'idée n'était pas de jouer les troubles faits, mais il ne comprenait pas ce qu'on pouvait cacher ici à part des trucs important comme des papiers concernant stark, des trucs pour s'enfuir. Aaron devenait fou de ne pas savoir comment fuir, et ce papier était un espoir aussi infime soit-il...
Revenir en haut Aller en bas
Ally Mc Coller


avatar

▌Messages : 183
▌Date d'inscription : 14/08/2012
▌Age : 30 ans
▌Avatar : Ali Larter
▌Crédits : enjoybarbapapa
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.   Ven 4 Jan - 23:03

Six mois. Six mois qu'il était donc arrivé ici. Tiens donc, elle ne l'avait pas aperçu plus que cela, auparavant. La vieillesse, aussi, sûrement. L'attention pouvait se faire plus difficile, moins active. Ally se fait vieille. Ouille la ride.

Une ancienne... UNE ANCIENNE ?

Ally fronça du nez à cette remarque, tout en ne pouvant s'empêcher de retenir un sourire un peu plus franc. Une ancienne... Une ancêtre, pendant qu'il y était !! Namého, il n'était pas encore venu pour elle le temps de la retraite. Cependant, il fallait avouer que sa phrase était pleine de sens. Et elle n'y apporta aucune réponse. Mais après tout, elle aurait très bien put être nouvelle et vouloir voir si quelques-uns étaient arrivés en même temps qu'elle.

" Tout dépend de ce que l'on veut dire par ancienne.. Attention, ça peut être blessant, pour une femme."

S'il avait tenté ce genre d'approche avec des femmes auparavant, elle ne donnait pas cher de sa technique de drague. Mais cela n'avait rien à voir actuellement. Le regard de l'individu ne la quittait pas. Cela pouvait être gênant. Qu'avait-il vu de si intéressant ? Elle fronça légèrement les sourcils. A sa question, il esquiva à nouveau la réponse.

C'est une manie, chez lui ?

« Eh bien, je fais un tour, mais toi t'avais l'air occupée... Tout vas bien ? Rien à cacher hein ? »

Tout va bien... Rien à cacher.. Mais de quoi se mêlait-il ? Gardant un ton calme, Ally finit par se rapprocher du jeune homme, d'un pas plus déterminé qu'au début. Après tout, elle n'était plus coincée entre ce coin et Aaron venu de nulle part.

" Je vais finir par croire que tu voulais m'espionner, Aaron. "

Elle planta son regard dans le sien, y cherchant une réponse. Quelque chose, n'importe quoi qui aurait put lui en apprendre un peu plus sur la personne qu'elle avait devant elle. Mais il ne fallait pas non plus rêver, les yeux ont beau être des fenêtres, elles ne s'ouvrent habituellement que lorsque leur propriétaire le souhaitent.

Alors, elle continua de marcher, d'un pas plus lent, léger, autour du jeune homme, passant de la lumière à l'obscurité par les faibles brèches des combles daignant laisser passer la lumière du soleil. Une atmosphère mystérieuse avait ampli la salle. Ally n'appréciait pas de se dévoiler ainsi, surtout à un inconnu tel qu'Aaron. Poser des questions est une chose, et la jeune femme n'aimait pas y répondre lorsqu'elles étaient trop insistantes... Et surtout dirigées vers elle.

" Je vais bien, merci. Il y a des questions que tu devrais garder pour toi, tu apprendras peut-être à te mêler de ce qui te regarde. Mais, pourquoi, après-tout..."

Elle s'arrêta un instant, se rapprochant derrière lui, près de son oreille.

" .. Y'aurait-il quelque chose que tu cherches, pour me poser une telle question ? "

Elle s'écarta à nouveau, avant de se poser à nouveau face à lui, terminant son avancée. Elle avait pris soin de préserver une certaine distance entre eux deux, ignorant tout de ce visiteur.

_________________

Keep this to yourself.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Harker


avatar

▌Messages : 45
▌Date d'inscription : 24/12/2012
▌Avatar : Jared Leto


MessageSujet: Re: Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.   Lun 14 Jan - 15:18

La salle était relativement sombre, il ne l'avait pas remarqué mais c'était un jeu d'ombre et de lumières. Les combles étaient poussiéreux et l'atmosphère malgré l'hiver presque étouffante. A chaque pas, le plancher grinçait légèrement. Quel âge pouvait bien avoir ce bâtiment, depuis quand peut-on retenir contre leur gré des gens comme nous ? Peut importe, Aaron cesse de laisser aller ses pensées et se reconcentra sur la jeune femme. Il avait sourit lorsque la femme lui rappela qu'on ne parle pas de l'âge d'une dame, aussi s'excusa t-il, sa remarque n'était pas sensée être blessante. Ally était restée droite comme un i, tout en gardant un visage décontracté face à sa nouvelle question. Son regard avait changé quelque peu, mais il ne saurait dire si c'était en positif ou négatif. Il avait un sourire qui pouvait le rendre attachant, et celui ci s'élargit encore lorsqu'elle lui parla d'espionnage. Un espion ? Voilà une idée qui serait à étudier, mais un espion travaille pour quelqu'un or Aaron avait toujours été seul depuis qu'il avait cessé de faire la sale besogne de mecs infâmes. Il regardait la jeune femme et écouta la suite, patiemment sans bouger, serein. A présent, elle tournait autour de lui, la lumière striait son visage passant de sombre à clair alternativement. Se mêler de ses affaires. C'est un bon conseil. Aaron ne suit jamais les conseils. C'est peut être pour ça qu'il a un cœur aussi sombre aujourd'hui, c'est sûrement la raison pour laquelle il n'arrive pas à retrouver le chemin de la lumière, c'est peut être une des causes d'une âme aussi dénuée d'amour. La haine animait sa vie, son cœur était calciné, il avait brûlé le reste de sa bonté le jour où Arya l'avait quitté à tout jamais. Alors lorsqu'elle lui prodigua ce conseil, elle ne vit pas son regard qui devint dur, et le large sourire qui s'envola.

Elle s'approcha de son oreille, et chuchota quelques mots. Bien sûr que je cherchais quelque chose. Et au vue de sa réponse elle cachait effectivement quelque chose. Que faire ? Jouer franc jeu avec la demoiselle ? Esquiver une nouvelle fois la question ? Être incisif ? Ou être fourbe ? Se téléporter derrière elle et prendre le papier de force ? Arriver à ses fins était un art auquel Aaron s'était maintes fois prêté, mais pas cette fois. Non. Il allait être réglo, cette femme, n'avait pas mérité de recevoir la haine qu'il terre en lui. Aussi, son sourire après avoir avalé sa salive, revint, toutefois moins clairement qu'auparavant. Il ne se retourna pas, toujours très droit, la femme dans son dos.

«  Je ne suis pas un espion, même si ça pourrait être une idée alléchante. Et oui, je cherche quelque chose, tout comme toi tu caches quelque chose puisque tu esquives aussi bien que moi. Je vais être franc, je veux une sortie. Je veux sortir d'ici, par tous les moyens. Et quand je suis arrivé ici, je t'ai vu cacher un papier précipitamment. Pourquoi cacher quelque chose si vite si ce n'est pas compromettant ou utile dans cette prison mmmh ? Je me posais simplement la question. »

Il avança un peu plus loin d'elle, décidément, on aurait dit des lions en cage qui se tournaient au tour, cherchant à évaluer la valeur de l'autre, bien qu'ici il ne s'agisse pas de combat. Il croisa son regard. Il ne baissa pas les yeux. Il ajouta simplement :

« Je ne cherches pas à te faire peur, et je ne souhaites pas t'espionner. Si tu ne veux pas répondre à ma question ne réponds pas, mais je sais que je saurai alors que j'ai raison. Et là, je peux commencer à t'espionner. Je peux aussi ne pas le faire si tu me dis que ce n'est pas ce que je crois, auquel cas je te laisse tranquille bien volontiers. »
Revenir en haut Aller en bas
Ally Mc Coller


avatar

▌Messages : 183
▌Date d'inscription : 14/08/2012
▌Age : 30 ans
▌Avatar : Ali Larter
▌Crédits : enjoybarbapapa
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.   Ven 1 Fév - 21:01

Jamais, jamais elle n'avait put offrir sa confiance à un homme. Ses parents, ses amis proches, peut-être, et encore. Une méfiance sauvage prenait naissance en elle à chaque fois que l'un d'eux essayait d'une façon ou d'une autre d'en savoir un peu plus que ce qu'il pouvait observer, sur elle. Point qui pénalisait directement Aaron. Être un homme n'était évidemment pas un défaut ; cependant, cela n'améliorerait pas le point de vue que Ally pouvait avoir sur la personne.

Les deux individus demeuraient plus éloignés l'un que l'autre, se tournant autour, se cherchant quelque peu, mais sans aller plus loin. Cela aurait put paraître comme un jeu : " tu franchis la ligne, tu as perdu, tu as un gage. "
Aujourd'hui, rien ne raisonnait comme un jeu cependant. A l'excuse que sortit Aaron, Ally ne put s'empêcher de lâcher un petit sourire ironique. Il n'était pas rare que la jeune femme produise ce geste ; mais il manquait à présent du charme qu'il avait possédé bien des années plus tôt.

Il ne se tourna pas à ses paroles. Elle s'attendit à ce qu'il se rapproche : il n'en fit rien. Bien au contraire.

« Je ne suis pas un espion, même si ça pourrait être une idée alléchante. Et oui, je cherche quelque chose, tout comme toi tu caches quelque chose puisque tu esquives aussi bien que moi. Je vais être franc, je veux une sortie. Je veux sortir d'ici, par tous les moyens. Et quand je suis arrivé ici, je t'ai vu cacher un papier précipitamment. Pourquoi cacher quelque chose si vite si ce n'est pas compromettant ou utile dans cette prison mmmh ? Je me posais simplement la question. »

Elle le dévisagea. Du moins, ses cheveux. Sortir d'ici... Un nouveau sourire sur ses lèvres. Tout le monde avait la même volonté, à son arrivée ici. D'autres choisissaient ensuite d'autres chemins.

" Je vois, je comprends mieux... Mais peut-être est-ce simplement illégal, ou trop intime ? Quant à toi, tu veux une sortie. Je crois qu'ils ne te laisseront pas faire facilement. "


Elle ne révélait rien sur elle. Et progressivement, il dévoilait lui-même quelques points de ses volontés, de ses désirs, ses souhaits. Des points qui apparaissaient et qu'elle retenait tout particulièrement. Sait-on jamais, que cela puisse servir.

« Je ne cherches pas à te faire peur, et je ne souhaites pas t'espionner. Si tu ne veux pas répondre à ma question ne réponds pas, mais je sais que je saurai alors que j'ai raison. Et là, je peux commencer à t'espionner. Je peux aussi ne pas le faire si tu me dis que ce n'est pas ce que je crois, auquel cas je te laisse tranquille bien volontiers. »

Ally le fixait. L'obscurité était toujours présente entre ces murs. Le soleil tournait doucement, ses rayons jouant entre les failles de cette pièce. La jeune femme se plaça devant lui, plongeant ses yeux dans ceux de l'homme. Elle finit par s'asseoir sur l'un des coffres présents dans la pièce. La poussière recouvrant le couvercle glissa au sol.

" Ce n'est pas ce que tu crois. Ça ne te regarde en rien."

Cet homme ne la connaissait donc pas. Il voulait sortir d'ici... Il n'était donc pas fidèle aux entités responsables de cet endroit. De cette manipulation. Il voulait sortir... S'il savait combien de ses congénères la connaissait, et lui reprocherait de discuter avec elle. Ou lui conseillerait de se méfier de cette femme. Mon dieu, combien de fois elle avait entendu ça. Il s'agissait presque d'une habitude, maintenant.

" Alors comme ça, tu veux sortir. Donc je dirais que tu n'es pas là depuis très longtemps. Quelques mois ? Pas plus en tout cas. Quant à ton âge... Je dirais que tu sais pourquoi tu es là. "

Elle marqua une petite pause, penchant la tête un peu sur le côté. Déformation professionnelle. Puis elle se leva, se rapprochant de Aaron. Bien que la tension présente dans la salle n'aie que quelque peu baissée, le jeune homme lui avait semblé droit, sur ce coup là. De la franchise, bravo. Elle brisa alors la distance jusque là maintenue, s'arrêtant à plusieurs centimètres, les yeux plongés dans les siens. Un air grave, la voix pourtant très calme et posée.

" Fais attention à ce que tu diras, au moment où tu sortiras d'ici, certaines personnes risquent de ne pas apprécier le fait que tu aies discuté avec moi. "

_________________

Keep this to yourself.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Harker


avatar

▌Messages : 45
▌Date d'inscription : 24/12/2012
▌Avatar : Jared Leto


MessageSujet: Re: Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.   Sam 2 Fév - 18:56

Aaron l'écoutait patiemment et attentivement, pesant chaque mot qui sortait de la bouche de cette femme, piquée au vif dans son intimité. Et bien que le sourire qu'elle venait de faire soit ironique, c'était un très joli sourire.

" Je vois, je comprends mieux... Mais peut-être est-ce simplement illégal, ou trop intime ? Quant à toi, tu veux une sortie. Je crois qu'ils ne te laisseront pas faire facilement. "

Trop intime ? Serait-ce une lettre d'un ami, d'un amour ? Illégal ? Un compte de contrebande par exemple ? Peut importe, Aaron s'était rendu compte que les chances que ce papier l'intéresse véritablement sont immensément minces. Donc il laissait tomber l'idée de découvrir ce qu'elle cachait, après tout... On a tous le droit à son jardin secret.
Bien sûr qu'il voulait une sortie, et il était conscient que ce ne serait pas facile... Oh que non. Mais il ne lâcherait pas cette idée, il refusait de rentrer dans le moule comme tous les autres, de se soumettre comme des moutons … Du bétail qui va vers l'abattoir. Non, il n'en ferait pas partie, il sortirait, il le savait.

La jeune femme s'approcha, le fixa dans les yeux. Ils avaient le même regard qui sondait l'autre au plus profond, impassible, tendu de sérieux et pourtant ce n'était pas le regard insoutenable. Ils auraient pu rester longtemps comme ça à fouiller l'âme de l'autre. C'est Ally qui se détourna pour s'asseoir sur une vieille malle poussiéreuse à souhait. Un doux nuages de poussières illuminé par le rayon de soleil voletait dans l'air avant de retomber à terre. Je n'avais pas quitté un seul instant les mouvement de la femme et lorsqu'elle lui dit que ce qu'elle cachait ne lui servirait à rien, il décida de ne pas chercher plus loin. A quoi bon ? Elle devait avoir reçue une lettre importante de quelqu'un de cher et voilà tout, aucun plan d'évasion où carte des lieux.. C'était évident.

" Alors comme ça, tu veux sortir. Donc je dirais que tu n'es pas là depuis très longtemps. Quelques mois ? Pas plus en tout cas. Quant à ton âge... Je dirais que tu sais pourquoi tu es là. "

« Je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici. Pour ce qui est de mon âge. C'est un mystère. Pourquoi je suis ici ? Parce que tu le sais toi ? Tu sais précisément pourquoi on est tous enfermés comme des bêtes i?! Parce que j'ai eu une version, qui ne me convient pas... Alors non, je sais pas pourquoi on est réellement ici, et j'estime que ce n'est pas ma place. Peut être que c'est la tienne tu as l'air de t'en accommoder parfaitement... »

Un ton plus grave, avec plus d'intensité mais sans avoir pour autant élever la voix, gardant son calme tout en bouillonnant intérieurement.

Elle s'était levée, nullement impressionnée par sa tirade. Elle avait de nouveau planté ses yeux dans les siens, mais ils étaient plus proche qu'avant comme si la limite avait été franchie, comme si un respect mutuel s'était installé. Une rivalité certes, mais du respect. Cette femme lui semblait être très droite et très franche. D'ailleurs elle s'exprima à nouveau :

" Fais attention à ce que tu diras, au moment où tu sortiras d'ici, certaines personnes risquent de ne pas apprécier le fait que tu aies discuté avec moi. "

Il n'avait pas bougé toujours très droit. Cette proximité lui donnait l'impression que c'était dit sur le ton de la confidence. Aussi il s'approcha de son oreille et lui chuchota :

« Faire attention à qui, Ally ? Au méchant directeur ? Aux sadiques infirmières ? Aux pensionnaires détraqués ? Tout le monde ici est dangereux. Mais je crois que celui a qui il faut faire le plus attention... C'est moi. »

Il avait esquissé un sourire. Il savait qui il était ou plutôt non justement il ne savait rien de ce qu'il pouvait bien être. Il savait seulement toutes les horreurs qu'il avait faites, toute la violence dont il était capable. C'était un humain, mais aussi un monstre. La partie ténébreuse mangeait son cœur jour après jour et le garçon n'avait désormais peur de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Ally Mc Coller


avatar

▌Messages : 183
▌Date d'inscription : 14/08/2012
▌Age : 30 ans
▌Avatar : Ali Larter
▌Crédits : enjoybarbapapa
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.   Dim 3 Fév - 9:57

Du courrier... Ici, jamais elle n'en avait reçu. De la part de sa famille ou de ses amis. Elle n'avait que l'assurance de se dire qu'ils allaient bien. Qu'ils pensaient à elle, et qu'ils ne l'avaient pas oublié. Qu'ils savaient où elle se trouvait, mais qu'elle ne pouvait faire autrement que de rester en ce lieu. Ce n'était que des suppositions, mais il fallait faire avec. Elle avait appris à l'accepter.

Dans tous les cas, son interlocuteur mordu à l'hameçon. Dans sa poche arrière, le plan qu'elle avait commencé à dessiner étant plus jeune sembla prendre le double de son poids. Mais qu'importe, il avait décidé de la croire et de ne pas insister sur ce sujet. Bien lui en prit. Elle n'avait aucune envie de parler de son passé à qui que ce soit. Alors à lui, non plus. Surtout si il continuait à poser des questions un peu trop personnelles. Quelque part, elle le remercia inconsciemment de ne pas insister.

La voix du jeune homme devint plus grave, plus intense. Cependant, elle gardait cette hauteur qui mettait les deux individus à égalité. Si cette scène avait été tournée autrement, il aurait put s'agir de la rencontre de deux animaux se rendant compte qu'ils allaient partager la même cage. Ni complètement sauvages, ni domestiqués. Observant l'autre, apprenant de chacun des gestes que l'opposé se permettait de faire, des mots prononcés. Sans se quitter une seule seconde du regard. Deux personnalités contraires, presque adversaires, mais plongées dans un respect profond en cet instant.

« Je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici. Pour ce qui est de mon âge. C'est un mystère. Pourquoi je suis ici ? Parce que tu le sais toi ? Tu sais précisément pourquoi on est tous enfermés comme des bêtes i?! Parce que j'ai eu une version, qui ne me convient pas... Alors non, je sais pas pourquoi on est réellement ici, et j'estime que ce n'est pas ma place. Peut être que c'est la tienne tu as l'air de t'en accommoder parfaitement... »

" J'ai ma propre vision des choses. Mes intérêts. Ça me va très bien. "


Non, sa tirade ne l'avait pas impressionnée. Beaucoup n'étaient pas du même avis, tout le monde vivait ici entre la fraternité et l'adversité constante.

Il l'intriguait. Au plus profond d'elle, elle ne savait que penser de Aaron. Il était à la fois aussi mystérieux qu'elle, gardant ses volontés pour lui, tout en en exprimant quelques bribes. Il ne baissait pas le regard, demeurait droit, fier. Bien que cela n'était pas forcément nécessaire. Le désaccord se confirmait, mais il restait calme, ne s'emportait guère.

Mais alors qu'elle venait de le mettre en garde, elle se crispa. Il venait de franchir un peu plus de la limite qu'elle s'était donnée, chuchotant à son oreille.

« Faire attention à qui, Ally ? Au méchant directeur ? Aux sadiques infirmières ? Aux pensionnaires détraqués ? Tout le monde ici est dangereux. Mais je crois que celui a qui il faut faire le plus attention... C'est moi. »

Elle ouvrit grand les yeux. Elle pouvait entendre sa respiration contre son oreille. Auparavant, elle aurait mordu pour beaucoup moins que ça. Montrer les crocs, elle en mourrait d'envie. Non, ce n'était nul ses paroles qui la tendirent sur l'instant. Mais c'était un homme. Rien que ça. Sa méfiance naturelle revenait au galop à partir du moment où il devenait un peu trop entreprenant. Pourtant, cette approche était si peu. Pour beaucoup de personnes. Mais pas pour elle.

Ne pas baisser la garde. Mais ne pas s'emballer non plus. Montrer un signe de faiblesse, et il pourrait en profiter.

Un grondement sourd avait commencé à naître au fond de sa gorge. Se concentrant sur sa respiration, elle se contenta de reculer d'un pas, percevant son sourire. Elle avait froncé les sourcils. Le grondement s'effaça, tandis que son coeur tentait de reprendre un rythme normal. Elle le dévisagea quelques secondes, avant de répondre à son tour.

" C'est beaucoup de prétention de ta part. "


Elle se tourna alors, s'éloignant un peu. La nervosité qu'il avait fait naître se calmait peu à peu, du mieux que Ally puisse faire. Son rythme cardiaque ralentissait. C'était mieux. Elle avait appris à gérer le stress lors de ses entraînements. Fort heureusement. Pour l'instant, elle n'osa pas recroiser son regard, demeurant de dos.

" Il n'est pas bon de sous-estimer ceux que tu côtoies, Aaron. Ni de t'en approcher de trop près. "

Elle fit alors volte-face, ayant placé un peu plus de distance entre eux.



_________________

Keep this to yourself.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Harker


avatar

▌Messages : 45
▌Date d'inscription : 24/12/2012
▌Avatar : Jared Leto


MessageSujet: Re: Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.   Mar 5 Fév - 21:03


Aaron avait vu sa crispation lorsqu'il s'était approché de trop près. Les traits de la jeune femme s'étaient durci, elle aurait pu poser pour une statue grecque, le visage pur et pourtant déterminé. C'était une scène où les deux protagonistes se testaient mutuellement, s'approchant, s'éloignant, se tournant autour. Ils se toisaient, s'observaient. Un mélange de méfiance pesait sur leurs épaules, mêlé au respect. Chacun prenait en considération chaque parole de l'autre, avisant un jugement.

Elle avait grogné interrieurement et avait reculé d'un pas fronçant les sourcils. Elle le regardait à nouveau avec force et finit par dire presque dédaigneusement :

« C'est beaucoup de prétention de ta part. »

Elle s'éloigna et sa plaça de dos à Aaron. De façon très souple, comme pour effacer son attaque, pour remettre les choses en places, pas d'incartades.

« Il n'est pas bon de sous-estimer ceux que tu côtoies, Aaron. Ni de t'en approcher trop près »

Le message était très clair, le jeune homme pas non plus impressionné relevait quand même que la jeune femme devait être particulièrement forte, ou en tout cas elle n'avait pas été ébranlée du tout par ce qu'il lui avait dit. Il avait parfaitement compris qu'elle aussi pouvait être une menace. Aussi il ne chercha pas plus loin la confrontation.
Il regardait la femme qui venait de faire volte-face.

« Je n'ai pas dit que les autres ne sont pas dangereux, je dis simplement que je peux l'être plus encore. Ce n'est pas de la prétention, je voudrais pouvoir dire le contraire, mais je l'ai maintes fois constaté. Je suis quelqu'un qu'on ne fréquente pas. Alors si les gens pensent que je ne doit pas te parler, saches que la réciproque est vraie. »

Aaron se déplaça sur le côté pour regarder la lumière que filtrait les combles. Il avait un œil bleu azur dans la lumière et l'autre sombre dormant dans la pénombre.

« Je vais te laisser, au plaisir de te recroiser, Ally. Enfin si je n'ai pas réussi à m'évader... »

Il savait que ça relevait de l'utopie, et alors ? Ceux qui n'essayent pas ne peuvent pas réussir. Il aurait ce mérite. Il n'avait peur de personne, et il allait s'enfuir. C'est bien dommage qu'Ally n'ait pu l'aider dans son entreprise. Aussi avant de se téléporter il posa une dernière question..

"Tu sais où je peux trouver un plan d'ici ?"

Revenir en haut Aller en bas
Ally Mc Coller


avatar

▌Messages : 183
▌Date d'inscription : 14/08/2012
▌Age : 30 ans
▌Avatar : Ali Larter
▌Crédits : enjoybarbapapa
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.   Dim 10 Fév - 10:55

Jamais elle n'avait fait pareille rencontre. Du moins lui semblait-il. A la fois, elle n'ignorait pas le désir de l'individu à s'enfuir, et le devinait donc contre tous les plans prévus par Stark et la chère Mademoiselle Finchell. Ou Madame ? Jamais elle n'avait vraiment su.
Ally ne s'était de son côté pas révélée à l'individu. A quoi cela aurait-il servi après tout, à part peut-être faire naître une adversité entre eux deux ? Chose rare entre ces murs, alors que deux personnes ignoraient complètement leurs idéaux respectifs, la rencontre n'avait guère dégénérée. Bien au contraire. Une étrange atmosphère s'était installée dans les combles, les rares rayons solaires traversant les poutres étant les seuls spectateurs de cette scène.

Alors que Ally faisait de nouveau face à Aaron, ayant tout de même installé une certaine distance entre eux deux, ce dernier reprit la parole. Son ton demeurait étonnamment calme, posé. Sûr et confiant.

« Je n'ai pas dit que les autres ne sont pas dangereux, je dis simplement que je peux l'être plus encore. Ce n'est pas de la prétention, je voudrais pouvoir dire le contraire, mais je l'ai maintes fois constaté. Je suis quelqu'un qu'on ne fréquente pas. Alors si les gens pensent que je ne doit pas te parler, saches que la réciproque est vraie. »

La jeune femme demeura quelques secondes silencieuse, à dévisager une nouvelle fois Aaron. Elle perçut cet oeil se démarquant un instant, mis en valeur par la lumière. Un bleu pur, profond, contrastant avec son air sombre. Ally ne put s'empêcher d'émettre un rictus.

" Dans ce cas... Je pense que je dois m'estimer chanceuse pour cette fois-ci. "


« Je vais te laisser, au plaisir de te recroiser, Ally. Enfin si je n'ai pas réussi à m'évader... »

Elle hocha la tête en signe de salutations. Au plaisir ? Elle ignorait quelles seraient les prochaines circonstances de leur rencontre. Probablement ne serait-elle pas si bonnes que cela. Car oui, si un ordre lui était donné quant à cet individu... Elle y obéirait. Loyalement.

Mais alors qu'elle allait à son tour se rendre vers la sortie, le jeune homme éleva à nouveau la voix.

"Tu sais où je peux trouver un plan d'ici ?"

Se tournant vers l'individu, elle demeura immobile. Son début d'ébauche était restée dans sa poche arrière. La sortir et lui montrer ? Mais cela pouvait aussi très bien tomber en de mauvaises mains. Elle se contenta de regarder Aaron dans les yeux.

" Je ne peux que te souhaiter du courage, Aaron. "

_________________

Keep this to yourself.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il fut un temps où le soleil se levait pour briller.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Lundi 20 juin
» Deux hommes torses nus au soleil... trop beau pour être vrai ? (libre)
» Bien que le temps puisse sécher les larmes de mes yeux, le temps ne t'effacera pas de mon cœur || LIAM ♥
» Le soleil brille, temps idéal pour promener...
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: -
Sauter vers: