AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le début de l'Anarchie!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snow K. Collins


avatar

Féminin
▌Messages : 116
▌Date d'inscription : 02/01/2013
▌Age : 18 ans
▌Avatar : Katy Perry
▌Crédits : Google ^^
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Le début de l'Anarchie!   Sam 13 Avr - 16:56




Le début de l'anarchie
Je cours toujours... Pourtant, le centre médical est bien loin derrière moi. Alors pourquoi continuer? Je m'arrête donc subitement de courir et je prends le temps de regarder autour de moi; je suis sortie de l'institut! Pas exactement sortie dans le sens libre, mais dans le sens à l'extérieur, dans le parc de l'institut pour être exacte... Quelques petites gouttes d'eau s'accumule sur mes cheveux, les faisant s'alourdir d'un coup... J'observe longuement le parc, avec un temps pareil ça en fait un magnifique paysage; un léger vent dans les feuilles, le ciel gris et la pluie qui rend l'air humide...

Après quelques minutes d'observation, mon regard se pose finalement sur un saule pleureur qui semble légèrement en retrait. Il sera parfait pour que je puisse exprimer mon art, avec l'aide de mon petit couteau... Je traîne lentement les pieds, jusqu'au saule, je m'assieds face au tronc et je commence à graver une tête de mort. Je commence par faire les orifices où se trouvait les globes oculaires, je continue en gravant grossièrement le contour du crâne en question.

Après une demie-heure, Snow a fini de graver le crâne dans les moindres détails

Je commence maintenant à faire des roses disposé tout autour du crâne. Lorsque j'entends un grognement lointain, je ne m'en préoccupe pas plus que ça et je continue à faire ma gravure. Les grognements semble de plus en plus s'approcher et ils sont de plus en plus distincts. Un certain stress commence à m'envahir, mais je le chasse aussitôt. Les grognements semblent avoir cessés, je me retourne pour examiner l'endroit, pour voir s'il n'y a pas la moindre trace de canidé vengeur, mais à cause des branchages et des feuilles de l'arbre je n'arrive pas à voir quoi que ce soit...

Je me lève et je décide de m'extirper de dessous le saule, les grognements me rendent vraiment nerveuse et j'en oublie mon couteau près du tronc. Je déteste les chiens agressifs, les autres... Je m'en fout! J'ouvre les semblant de branchages à la manière d'un grand rideau, je n'ai même pas le temps de sortir complètement de sous l'arbre qu'une bestiole me saute à la gorge toutes dents dehors! Elle me fait basculer vers l'arrière et je tombe dans l'herbe humide. La bestiole tente de me mordre la gorge, et je tente de l'en empêcher aussi longtemps que possible. Je réussi à positionner mes mains de façon à ce qu'il ne puisse pas atteindre ma gorge, le comprenant lui aussi il se met à essayer de me mordre les avants-bars. Ce cabot commence vraiment à me taper sur les nerfs!

-« Mais tu vas me lâcher saleté de cabot! »

Avec toute ma rage et ma force, je réussi à l'envoyer valser un peu plus loin. Je sais par contre qu'il va revenir dès qu'il sera sur pied, je me précipite donc vers le tronc d'arbre pour tenter de retrouver mon couteau que j'ai laissé tomber quelques minutes plus tôt. Malheureusement, je n'arrive pas à mettre la main dessus et le chien revient à la charge. Toujours accroupie et dos à lui, il se met à lacérer l'arrière de mon T-shirt. Je pousse un cri de fureur, mêlé avec une pointe de rage et un soupçon de colère, espérant que quelqu'un l'ai entendu...


Spoiler:
 

_________________

-Laissez les autres s'attacher, c'est le meilleur moyen de te faire souffrir.
Sauf si ça en vaut vraiment la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Geist Eastwood


avatar

Féminin
▌Messages : 140
▌Date d'inscription : 24/12/2012
▌Age : 16
▌Avatar : Leven Rambin
▌Crédits : Google


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
30/100  (30/100)
▌RP ?:
▌Relations:

MessageSujet: Re: Le début de l'Anarchie!   Dim 14 Avr - 2:28



Le début de l'anarchie
Snow la lionne et Geistichou d'amour



Des heures d'interrogatoire... Des questions qui n'en finissaient plus. Ils ne m'ont pas lâché. J'ai été obligé de dénoncer pas mal tout le monde de l'institut. Quand on vit depuis un certain temps dans cette prison ou dans n'importe quelle autre prison. La réalité est incluse comme une prison. On apprend que les gens trichent, mentent et désobéis. Même les plus fidèles de Stark et les pires ce sont les membres du personnelles. Personne ne fait exception à la règle. Les anges n'existent pas...

Je suis sorti enfin du centre médical. Cette victoire que j'ai menée contre Yolandi à être amère. Sous l'effet des drogues et de tous ces messages malsains que mon cerveau a absorbés, j'avais perdu la raison. Perdu la raison du pourquoi toute ma vie n'était que violence et haine. Le mépris constant envers l'humanité, cette ordure qui pourrit ce monde. Je ne me bats pas pour les autres, je ne me bats pas pour Stark. La seule personne qui mérite que je la protège est moi-même. À chaque marche que je descends, je sens l'effet des puissantes pilules se dissiper. J'ai hâte que mon cerveau débarrasse de toutes ces idées impures. Je ne sais plus ce qui m'arrive. Je ne me reconnais plus. Je fais mal aux autres sans scrupules. Moi qui avant, blessais pour ma propre survie. Aujourd'hui ce n'est que par pur plaisir. Il faut croire que je suis devenue comme eux, un monstre...

J'ouvre les portes de l'extérieur. Le ciel était gris et des faibles gouttes tombent sur mes joues. Ces mêmes gouttelettes insignifiantes coulent à travers mes cils, ce qui fessait presque croire que je pleurais. Avancé au centre du parc, j'admire l'horrible édifice. Ce camp de la mort horrible, cette chose qui n'aurait jamais dû être sans oublier cette monstruosité inhumaine. Fenêtre grillée par des barreaux de fer, lourde porte de métal et barbelées a chaque extrémité. Je vis dans le monde du crime depuis que j'ai six ans et le monde pénitencier depuis que j'ai treize ans. Certains diraient que j'ai perdu contact avec l'extérieur, pour ma part je crois que je n'ai jamais été contacté. Oui, l'institut Stark, c'est l'enfer...

De mes puissantes oreilles, j'entends... Une fille est un chien qui grogne. Une agressivité animale les divisait. Arrivé à la source, j'observe un de ces chiens de Stark. Le même qui m'a mordu la main par le plus grand des hasards... Celui qui m'a envoyé à l'infirmerie, qui m'a amené vers ces infirmières où ont à essayer d'abuser de moi. Tout ceci m'a conduit vers cette cellule noire et vers ce lieu. Toute ce qui se passait en ce moment était entièrement de sa faute. De la faute à ce minable chien qui bave disgracieusement. Un fier pitbull, une race canine bâtarde. Je n'ai aucune compassion pour cette fille mais le clébard, il est pour moi. Ma vengeance, mon combat, il n'y échappera pas !

Je m'élance vers le canidé avec ma dextérité et mon agilité extraordinaire. Je tombe contre lui, telle une bête. Il essaie plusieurs fois de me morde le coup mais je suis beaucoup plus habile que cette tête de mule. Je réussis à avoir une bonne poigne sur son coup. Je profite de cet avantage pour ouvrir sa mâchoire avant de la placée face contre une grosse pierre. Toujours en tenant sa tête, je lui casse les dents en frappant son crâne contre la roche. Le cabot pleure et se débat. Aucune émotion, seulement du sang. Ce que je lui ai fait ne l'a pas achevé. Je prends ce même rocher alors qu'il agonise sur l'herbe fraiche et humide pour l'assommer de violent coup.

- Meurs sale bâtard !

Un, deux, trois, quatre jusqu'à cinq coups ! Je suis couverte de son sang tout comme mes vêtements. Le supposé meilleur ami de l'homme est mort désormais. Sa tête ne ressemblait plus du tout à ce qu'il était. Ce n'était qu'un cadavre frais et saignant dorénavant. Pris d'une nostalgie soudaine du primaire. Je fouille son crâne démembré par sa bouche et j'arrache une dent. Une canine pour être précise. Ce chien, c'était comme mes camarades de classe. Je me rappelle du bon vieux temps ou je collectionnais les dents de chacun d'entre eux...

- Désolé, j'en avais besoin...

C'était très personnel mais j'ai prononcé cette phrase impulsivement. Je n'avais rien à foutre de son avis à cette fille. Je regarde avec plus d'attention la dame. C'était la même fillette de la cellule...


©Richard Seiryu / It's Snow in hell

Revenir en haut Aller en bas
Snow K. Collins


avatar

Féminin
▌Messages : 116
▌Date d'inscription : 02/01/2013
▌Age : 18 ans
▌Avatar : Katy Perry
▌Crédits : Google ^^
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Le début de l'Anarchie!   Lun 15 Avr - 1:25




Le début de l'anarchie
Le poids de l'animal disparaît subitement, j'en profite pour retrouver mon arme, qui se trouvait plus près de moi que je ne le pensait... Couteau à la main je me retourne pour affronter mon adversaire à quatre pattes, mais il s'avère qu'il est occupé avec une petite blondinette. Elle s'attaque à lui avec rage, une violence telle que j'en ai des frissons. Non pas que je n'ai jamais vu une telle fureur auparavant, mais de voir cela d'une jeune fille, c'est surprenant...

Constatant qu'elle ne lâchera pas l'animal avant qu'il ne soit mort, je range mon couteau et je tente d'examiner les dommages que ce sale bâtard a causé. En approchant ma main de mon dos, je remarque que mon T-shirt est imbibé d'un liquide chaud, probablement du sang ou encore de la bave; et qu'il est tellement déchiré qu'il est probablement fichu... Suite à cela je reporte mon attention sur la blonde qui s'acharne à casser chacune des dents du chien. Ensuite elle s'acharne sur son crâne, le cabot pousse de tel cris de douleur qu'en s'en devient presque douloureux...

-« Meurs sale bâtard !», crie-t-elle.

Son cri est emplit de rage, son regard ressemble un peu à celui d'un fou... Mais qui n'aurait pas un regard pareil, dans une telle situation? Même après la mort du Pitbull elle continue à lui fracasser le crâne avec la roche, ayant maintenant prit la couleur du sang de l'animal... Lorsqu'elle lâche enfin prise, elle se retourne vers moi, comme si elle me remarquait enfin et maugrée une sorte d'excuse ou quelque chose dans le genre:

-« Désolée, j'en avais besoin... »

Je ne vois pas pour qu'elle raison elle trouve le besoin de se justifier... C'est pas moi qui m'en plaindrai si ce clebs n'est plus de se monde. Je m'approche de la carcasse du défunt chien et j'examine ce qui eut été la tête de l'animal il y a encore quelques minutes. Je sors mon couteau de sa cachette et je fais ressortir la lame, je me penche ensuite au dessus du cadavre, je lui coupe une partie de la queue en guise de trophée, j'essuie la lame dans son pelage, je me relève et je me retourne vers la petite blonde qui s'avère être la fillette du réfectoire si je ne m'abuse... Je lui adresse une regard qui se veut sadique, en lui disant d'un ton des plus désinvolte et emplit de cruauté:

-« Oh, c'est pas moi qui vais m'en plaindre... Tout ce qu'il méritait c'est le sort que tu lui a réservé. Alors pas besoin d'te justifier, blondinette...»

En disant cela, je me dirige vers le tronc de l'arbre. Là où m'attend une magnifique gravure non terminée... Je me penche au-dessus de celle-ci, tentant d'ignorer les quelques lacérations causées par le clebs et je continue le travail que j'avais commencé il y a maintenant plus d'une heure...

_________________

-Laissez les autres s'attacher, c'est le meilleur moyen de te faire souffrir.
Sauf si ça en vaut vraiment la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Geist Eastwood


avatar

Féminin
▌Messages : 140
▌Date d'inscription : 24/12/2012
▌Age : 16
▌Avatar : Leven Rambin
▌Crédits : Google


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
30/100  (30/100)
▌RP ?:
▌Relations:

MessageSujet: Re: Le début de l'Anarchie!   Mar 16 Avr - 1:13



Le début de l'anarchie
Snow la lionne et Geistichou d'amour





Cette même chose qui avait une crinière de lion n'avait rien de mieux à faire que couper la queue du corps ensanglanté de l'animal. Son couteau, je le veux. J'ai perdu tous mes anciens lames que j'avais volés au fil du temps. Par contre, la situation ne m'avantage pas. Le meurtre et l'interrogatoire m'ont épuisé, je n'ai pas la forme pour lui piquer son couteau par la force. Elle me regarde avec un visage faussement sadique. Est-ce que je suis supposé avoir peur ? Si elle c'est laissé dominer par un stupide cabot, je peux croire qu'elle n'est pas si forte que ça. Je ne comprends pas pourquoi les gens veulent toujours avoir des expressions faciales. C'est superflu et beaucoup font semblant. Beaucoup sont hypocrites et réussit à mentir ou au contraire, ce dévoilé. Moi, je n'exprime rien. Comme ça, personne ne peut réellement déchiffrer mon esprit.

-« Oh, ce n'est pas moi qui vais m'en plaindre... Tout ce qu'il méritait c'est le sort que tu lui as réservé. Alors pas besoin de te justifier, blondinette...»

C'est sur, j'ai faits tout le travail, elle n'a pas en s'en plaindre. À ce que je sache, ce n'est pas elle qui est couvert de sang canin. Je crois que je vais m'habituer à cette nouvelle teinte dans mes cheveux. Je crois que je devrais cacher le corps, il doit bien avoir un maître... Ou pas, il était tellement mal élevé. Je traine le cadavre dégoulinant jusqu'à dans un buisson où je le planque à l'abri des regards indiscrets. Une fois le sale boulot terminé, j'avais envie de partir. Quitter ces lieux est retournée à mon errance sans fin. Pourtant, quelque chose m'y empêche. Ce n'est pas un quelconque attachement, c'est plutôt que je ne peux pas me présenter a l'intérieur couverte de sang... Les geôliers se poseraient des questions. Alors j'imagine que je vais rester à l'extérieur, profité de la douche et rentré plus tard. S'il le faut, je resterais pendant la nuit... Je m'approche de la femme aux cheveux noirs qui grave sur un arbre. Elle aurait plus fait quelque chose de plus original. Me rappelant de la façon qui laissait présager une cruauté de sa part quand elle m'a parlé, je crois à avoir à lui donner une petite leçon.

- Si tu penses que c'était cruelle alors tu n'as rien vu...

Elle se retourne pour me regarder face à face...

- Les infirmières ont été plutôt clémentes avec toi dans la cellule... Ils ont l'habitude de faire souffrir leurs victimes avant de les relâcher, tu n'as pas l'air trop amoché. Il faut croire qu'ils étaient débordés...


©Richard Seiryu / It's Snow in hell
Revenir en haut Aller en bas
Snow K. Collins


avatar

Féminin
▌Messages : 116
▌Date d'inscription : 02/01/2013
▌Age : 18 ans
▌Avatar : Katy Perry
▌Crédits : Google ^^
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Le début de l'Anarchie!   Jeu 18 Avr - 22:16




Le début de l'anarchie
Sans quitter ma gravure des yeux, je vois la jeune fille traîner le corps ensanglanté de l'animal... Elle est sacrément forte pour une gamine. Je commence à étamper la queue du chien contre l'arbre afin que les roses semblent belle et bien rouge. Ma tentative est une réussite totale; et comme j'ai pas de peinture sous la main je fais comme je peux... Je signe enfin mon oeuvre et pendant que la fillette cache rapidement le corps de la sale bête, je range mon couteau dans le revers de ma botte; là où on ne peut pas le trouver. Puis comme si de rien était je continue à marquer l'arbre avec le sang de l'animal. Je reporte légèrement mon attention sur la blondinette, lorsqu'elle semble vouloir s'en aller. Je la regarde discrètement, puis je remarque que quelque chose l'empêche de partir. Elle se retourne vers moi en m'adressant avec un air de défi:

-« Si tu penses que c'était cruelle alors tu n'as rien vu...»

Qui a dit que je la trouvais cruelle? C'était sanglant et pas autre chose. De toute façon, au cours de mon enfance, j'ai eu la chance de voir des choses mille fois plus cruelle que ça... C'est pas pour rien que je suis comme ça aujourd'hui... À cette pensée, je ne peux m'empêcher de refouler un sourire un peu trop sadique... Avant que la jeune femme ne recommence à déblatérer, je me retourne dans sa direction prête à lui accorder un peu d'attention.

-« Les infirmières ont été plutôt clémentes avec toi dans la cellule... Elles ont l'habitude de faire souffrir leurs victimes avant de les relâcher; par contre tu n'as pas l'air trop amoché. Il faut croire qu'elles étaient débordés... »

Mais pour qui elle se prend?! Je lui ai rien demandé... C'est un avertissement qu'elle m'adresse ou elle essai de me faire la morale? De toute façon je n'ai pas à recevoir de leçon d'une petite gamine... Je lui répond donc très simplement, tout en tentant d'avoir l'air le moins énervée:

-« Pour qui tu te prends, petite? Je n'ai en aucun cas besoin d'une gamine pour venir me faire la morale ou encore pour me faire la leçon. Surtout lorsque la gamine en question, s'amuse à faire des marchés avec ces montres d'infirmières... »

Suite à cela je me lève, quelque peu contrariée, mais sans toute fois le laisser paraître. Je me dirige ensuite vers les branchages du saule, je les soulève et je sors de sous l'abri que m'offrait le saule; sans toute fois m'en éloigner trop... C'est lorsque je me relève que je me rends compte que les lacérations faites dans mon dos me font vraiment souffrir; je passe donc ma main sur celles-ci afin de m'assurer qu'elles ne sont pas trop profondes, mais la quantité de sang que je retrouve sur ma main gauche me laisse présager le contraire. Il pleut un plus fort que tout à l'heure ce qui devrait nettoyer un peu les blessures dans mon dos... Enfin je l'espère.

_________________

-Laissez les autres s'attacher, c'est le meilleur moyen de te faire souffrir.
Sauf si ça en vaut vraiment la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Geist Eastwood


avatar

Féminin
▌Messages : 140
▌Date d'inscription : 24/12/2012
▌Age : 16
▌Avatar : Leven Rambin
▌Crédits : Google


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
30/100  (30/100)
▌RP ?:
▌Relations:

MessageSujet: Re: Le début de l'Anarchie!   Ven 19 Avr - 1:03



Le début de l'anarchie
Snow la lionne et Geistichou d'amour



Cette gamine dont elle parle lui a sauvé la vie. Bonjour la gratitude ! Elle est bien drôle avec sa morale sur les infirmières. Cette fille ne sait surement pas encore qu'il n'y a qu'une seule loi a l'institut, c'est chacun pour soi. Elle s'éloigne un peu et continue son dessin. Rien à foutre, j'ai envie de partir une fois de plus mais mes oreilles me présage un danger. En effet, un chien n'est jamais seul. Le dresseur et sa meute arriveront ici très bientôt. Je suis mal placé pour me défendre de mon innocence, moi qui suis tachée de sang. Cette petite salope pourrait faire un parfait bouquet mystère. Par contre, j'hésite. Elle fera une personne de plus qui voudra ma peau dans cet institut. Il y a déjà pas mal de monde qui m'en veule donc ça ne m'avantagerait pas pour autant de lui faire subir un tel châtiment. Il avance de plus en plus. Je dois agir vite. La femme n'a pas l'air de s'en rendre compte, elle n'a pas mes sens après tout...

Je la pousse violemment avec dextérité vers les terrains plus boisés et plus éloignés du corps. Elle fut surprise du geste et semble ce préparé à la bataille. Je profite de mon effet de surprise pour la faire taire avec ma main gauche et essayer de la maitriser de la main droite. Ce n'est pas facile, je crois que ce n'ait pas le genre de fille qui se laisse faisait. Je lui dis à voix basse...

- Tais-toi et arrête de bouger, maintenant !

Avec cette même main gauche, je tourne sa tête vers le gardien qui continue sa ronde dans les parages. Il passe son chemin comme si de rien n'était. Son armée de chasseur de mutants a trouvé le cadavre de l'un des leurs étripés par ma rage. Le maitre sort de sa poche un sac de poubelle noir, l'enveloppe et part dans une autre direction. Je savais que le personnel était incompétent mais à ce point ! Il faut dire que j'ai eu de la chance. Les sens surdéveloppés ce n'est pas tout le monde qui a ce don. Elle ne semble pas apprécier mon emprise que j'ai sur elle, donc je la lâche. Je dois être honnête avec moi-même, je n'ai pas aimé moi non plus être en contact physique avec elle... J'imagine que c'est réciproque, à moins qu'elle soit comme cette cinglée de Rosa... Au fait, je devrais la revoir et lui donner une correction à cette garce.

Je m'éloigne un peu d'elle par simple précaution mais toujours en restant bien près du sol. J'aime sa me sentir invisible ! Le sang qui coulait sur ma main à bien tacher le visage de cette dernière. La pluie se fessait de plus en plus abondante et la lumière de plus en plus noire. Je suis aux courantes que les sorties de nuits étaient strictement interdite, malgré tout, j'ai envie de rester pour camper ici. Dormir dans la nature. Tranquille et sans soucis.

- Je dormirais bien ici...


©Richard Seiryu / It's Snow in hell
Revenir en haut Aller en bas
Snow K. Collins


avatar

Féminin
▌Messages : 116
▌Date d'inscription : 02/01/2013
▌Age : 18 ans
▌Avatar : Katy Perry
▌Crédits : Google ^^
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Le début de l'Anarchie!   Ven 19 Avr - 13:58




Le début de l'anarchie
Violemment elle m'agrippe et me pousse vers des terrains plus boisé. Aussitôt je me crispe, prête à me battre pour sauver ma peau. En plus elle appuie sa main couverte de sang sur ma bouche, pour me faire taire... Je la hais, mais j'admire sa bravoure, je dois l'admettre. Une fois dans les bois, je me débat un peu plus pour qu'elle me lâche. Le contact physique que j'ai avec elle ne me plait vraiment pas et je fais tout ce qu'il faut pour qu'il cesse. Si ce n'est pas moi qui est le contrôle, je déteste ça de toute façon... Enfin, elle me lâche. Elle ajoute à son mouvement:

-« Tais toi et arrête de bouger, maintenant! »

À contre cœur elle me tourne la tête, avec sa main couverte de sang, vers ce qui se veut être un gardien et une jolie meute de bêtes sauvages. Ils viennent de découvrir le corps, si j'avais été encore là, ils m'auraient probablement fait subir le même sort que le toutou... Mais comment a-t-elle pu les entendre, alors que j'étais avec elle et que je n'ai rien vu venir? Ce doit être la nature de son "don"... Elle me lâche enfin pour de bon, et s'allonge contre le sol. Je continue à regarder l'homme qui a maintenant enveloppé le corps du cabot dans un sac, s'en aller à l'opposé de notre direction... Ils semblent que le personnel soit, tous autant qu'ils sont, des incompétents. Cette simple pensée, me rassure du côté du gardien, mais au niveau des infirmières... Je suis un peu moins rassurée.

Je reporte mon attention sur la blonde, qui semble s'être éloignée un peu de moi. Serait-ce par peur? Je n'en sais rien, mais j'aime bien cette hypothèse...


-« Je dormirais bien ici... », dit-elle.

Je n'avais même pas remarquée, mais il commence à faire excessivement noir et la pluie se fait de plus en plus abondante. On pourrait dire qu'il s'agit là d'un coup de chance, je recueille un peu d'eau dans le creux de mes mains et je me nettoie le visage comme je le peux. Je me retourne ensuite vers la jeune fille et je m'assois. Je tente de lui faire comprendre que je suis, comment dire... J'ai une once de gratitude envers elle, et je n'ai pas été très sympa tout à l'heure. Je n'ai cependant aucun remord de conscience face à mon attitude, c'est juste qu'avoir une alliée parmi ces murs serait pratique. Je laisse donc tomber simplement, d'une voix sans émotion:

-« Merci... Pour tout à l'heure... »

Je m'allonge ensuite sur le ventre, la tête appuyée sur mes mains; incapable de me coucher sur le dos. Je n'avais pas prévu rester dehors cette nuit, mais vu les circonstances... Je crois qu'il serait plus sage pour moi de faire profil bas ce soir. Je n'ai aucune envie de revoir ces infirmières; et que cette fois elles soient au meilleur de leur forme. Je jette un dernier coup d'oeil à la jeune fille, elle semble avoir déjà trouvée le sommeil, mais je n'en suis pas sure. Je fais alors de même et je ferme les yeux un instant et je les rouvre immédiatement. Je suis incapable de garder les yeux clos...


_________________

-Laissez les autres s'attacher, c'est le meilleur moyen de te faire souffrir.
Sauf si ça en vaut vraiment la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Geist Eastwood


avatar

Féminin
▌Messages : 140
▌Date d'inscription : 24/12/2012
▌Age : 16
▌Avatar : Leven Rambin
▌Crédits : Google


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
30/100  (30/100)
▌RP ?:
▌Relations:

MessageSujet: Re: Le début de l'Anarchie!   Sam 20 Avr - 13:47



Le début de l'anarchie
Snow la lionne et Geistichou d'amour



Merci... Étrangement, même avec mes puissantes oreilles, rares sont les fois que quelqu'un m'a dit merci... De toute façon, je n'ai pas envie de dire merci aux gens moi non plus. J'observe la femme, elle cherche le sommeil mais ne le trouve pas. Je crois que c'est une mauvaise idée finalement de rester ici. Derrière le grillage, des grognements de créatures retentissent... Bientôt ce sera le couvre-feu. Les alarmes vont sonner telle des bombes et l'armée va sortir de sa torpeur. L'armée de Stark. Devrais-je partir tout de suite ? Si je reste ici, ce sera la guerre. Une fuite dans les boiser poursuivie par ces connards. L'institut est fait pour changer le monde, pourtant, ici c'est comme ailleurs. L'épée de Damoclès pend et bascule au-dessus de chaque pensionnaire.

Toujours tapis dans les bois, j’attends inévitable alarme... 1, 2,3... Elle crie comme un enfant qui pleure. Hurle tel un bébé qui veut sa sucette, la sucette est faite du sang des pensionnaires et le bébé, c'est Stark. La main qui lui tend, c'est ces chiens qui lui obéissent aveuglément. Elle dure à peu après deux minutes. Sa sonnerie est un supplice pour moi. Tout ce bruit, c'est insupportable. Depuis qu'elle a fini son spectacle, il n'y a plus aucun bruit. Le silence de mort. Aucun chien, aucun garde, aucune infirmière. C'est plutôt pas mal... Un peu trop même. Je me demande bien ce qu'ils font à l'intérieur... Avant même que je puisse me rendre compte de quoi que ce soit. Une main froide agrippe mon épaule droite et me pousse vers l'arrière. Je me fais rapidement maitrisé par... Trois infirmières je crois. Les salopes ! Comment on-elle fait pour déjouer ma vigilance aussi facilement ? Par contre, je ne crois pas qu'elle a repéré l'autre fille qui me tenait en quelque sorte compagnie... J'étais à terre avec les membres complètement bloqués par deux des femmes. L'autre était debout, elle semblait être leurs supérieurs....

- Geist Eastwood... J'ai beaucoup entendu parler de vous. Vous êtes une très vilaine fille... Je croyais que vous aviez appris votre leçon pendant vos jours à l'ombre. Rendez-vous compte que ce que vos faites est très mal. Nous, de l'institut Stark, nous voulons simplement votre bien... Alors pourquoi agir ainsi c'est irrationnel, laissez nous vous aidez, vous devenez un danger pour votre propre personne...

Quel drôle d'infirmière... Elle est ici pour me foutre une raclée ou pour me bercer dans mon lit . Cette femme était aussi blonde et pâle que moi. Par contre, elle était beaucoup plus grande et ces cheveux étaient raides. Elle n'a pas nécessairement tort, je suis un danger mortel pour moi-même et franchement je suis très vilaine. Je relève ma tête pour la regarder droit dans les yeux...

- Comment avez-vous fait pour me retrouver ?




©Richard Seiryu / It's Snow in hell
Revenir en haut Aller en bas
Snow K. Collins


avatar

Féminin
▌Messages : 116
▌Date d'inscription : 02/01/2013
▌Age : 18 ans
▌Avatar : Katy Perry
▌Crédits : Google ^^
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Le début de l'Anarchie!   Sam 20 Avr - 20:52




Le début de l'anarchie
Je sursaute et me crispe lorsque l'alarme résonne dans le calme de la nuit. Aujourd'hui j'avais presque oublié dans quelle genre de prison je vis... L'alarme crie tellement fort qu'elle m'en déchire les tympans. De l'autre côté des grillages, les gardiens et leurs chiens mangeurs d'homme s'affairent à trouver les contrevenants. Je suis l'une d'entre eux, en ce moment même... Je m'attends donc à ce que d'une minute à l'autre ils nous tombent dessus et qu'ils nous emportent.

Au bout de quelques minutes, l'alarme se tait, laissant place à un silence encore plus écrasant que celui d'avant. Les bruits de l'autre côté des murs de l'enceinte de l'instituts se sont tuent en même temps que l'alarme. Le personnel doit être vraiment occupé. Je commence à me détendre un peu. Personne ne viendra nous chercher ce soir... Je me retourne pour regarder la jeune fille, pour lui demander si elle veut rentrer, mais avant que je ne puisse prononcer le moindre mot, la jeune fille se retrouve au sol avec deux infirmières sur le dos. La troisième semble fière de sa capture, je le vois de par sa posture. Je regarde dans sa direction, mais elle ne semble pas avoir prévu d'autres infirmières pour moi. C'est probablement la meilleure chance que j'ai de m'échapper. Je commence à me faufiler dans les buissons, puis je m'arrête à mis chemin... Si cette gamine en est là c'est par ma faute, je dois faire quelque chose! Mais en même temps, je ne lui ai rien demandé...

Finalement, je rebrousse chemin et je commence à élaborer un plan d'attaque. Cachée dans un buisson je regarde les endroits qui seraient le plus stratégiques. Si je m'attaque à l'infirmière en chef, elle aurait une chance de se défaire de ses sous-fifre et on pourrait partir vers les bois. Je prends mon couteau et je m'apprête à attaquer lorsque l'infirmière se met à parler.

-« Geist Eastwood... J'ai beaucoup entendu parler de vous. Vous êtes une très vilaine fille... Je croyais que vous aviez appris votre leçon pendant vos jours à l'ombre. Rendez-vous compte que ce que vos faites est très mal. Nous, de l'institut Stark, nous voulons simplement votre bien... Alors pourquoi agir ainsi c'est irrationnel, laissez nous vous aidez, vous devenez un danger pour votre propre personne... »


Elle s'appelle Geist alors... Intéressant. Je la regarde, elle semble confuse. Elle ne s'attendait probablement pas à ce que le personnel la retrouve de si tôt. Elle lève ensuite la tête et regarde directement dans les yeux de la blondasse d'infirmière.

-« Comment avez-vous fait pour me retrouver? », leur demande-t-elle.

Elle repose ensuite son visage contre le sol et regarde dans ma direction. Je tente alors de lui faire comprendre ce que je m'apprête à faire. Elle semble comprendre, mais elle fait aussi un mouvement de refus avec sa tête presque imperceptible. Elle semble réticente à ce que j'utilise mon couteau, je cherche donc rapidement quelque chose d'autre avec quoi assommer la garce debout devant moi. J'enlève ma botte et je la prend de façon à ce que le cap d'acier soit en direction de la tête de l'infirmière, je fais ensuite signe à Geist de se tenir prête.

Je bondis agilement sur le dos de la blondasse qui semble surprise. Elle tente de se débattre aussi longtemps que possible et je l'assomme violemment d'un coup de botte à cap d'acier. Elle tombe au sol raide, je remet ma botte et je me dirige vers Geist qui semble bien s'en tirer avec les deux autres. Par précaution, je ramasse une grosse branche et je la frappe contre le dos d'une des infirmières qui semblaient avoir le plus d'emprise sur Geist. Elle tombe au sol et Geist ne perd pas de temps à se débarrasser de l'autre. Je cours en direction du bois, pendant que Geist se relève. Je m'arrête juste à l'orée de la forêt et d'une voix pressante je crie:

-« Geist, dépêche-toi! On a qu'une chance de prendre de l'avance avant qu'elles ne se réveillent et qu'elles n'avertissent tout le personnel! »

Sans aucune hésitation, je me retourne et je pars en courant dans les bois avec Geist à ma suite.

_________________

-Laissez les autres s'attacher, c'est le meilleur moyen de te faire souffrir.
Sauf si ça en vaut vraiment la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Geist Eastwood


avatar

Féminin
▌Messages : 140
▌Date d'inscription : 24/12/2012
▌Age : 16
▌Avatar : Leven Rambin
▌Crédits : Google


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
30/100  (30/100)
▌RP ?:
▌Relations:

MessageSujet: Re: Le début de l'Anarchie!   Mer 24 Avr - 23:12



Le début de l'anarchie
Snow la lionne et Geistichou d'amour



Mais qu'est-ce qu'elle fout encore là elle ? Elle voudrait me sauver . Quelle idiote mais un peu d'aide ne serait pas de refus. Elle saute sur l'une des infirmières en l'agressant avec une botte ! Du jamais vu, même avec des années d'expérience dans le monde criminel. Je me débats comme une folle attardée en espérant pouvoir m'échapper de leurs griffes vénéneuses. Libre, mais pour combien de temps ? Je cours à ma propre perte, comme disait l'infirmière. De toute façon, je n'ai rien à perde. Mourir m'arrangerait bien, comme ça je serais enfin libéré de ce qu'on appelle la réalité. Je cours dans les bois pour m'éloigner en compagnie de la fille, qui a faits un véritable massacre. Ma vision nocturne fait des miracles pour me guider. Même si ce pouvoir est la cause de tous mes problèmes, il peut être vachement utile.

Une fois assez loin, elle et moi on s'arrête pour reprendre un peu de force. Bon, récapitulons. Nous venons de tabasser des infirmières et maintenant une armée de geôlier nous recherche et nous considère comme des fugitives extrêmement dangereuses. C'est... amusant ! Le monde nous en veut désormais, toute l'attention du monde est désormais tournée vers nous ! Je pars un fou rire.

- On est vraiment mal pris !

Ça fait du bien rire un peu... Ce n'est pas comme ci ça m'arrivait souvent enfin... Je reprends un peu mes esprits et je redeviens sérieuse...

- Tu sais qu'on va se faire prendre d'une manière ou d'une autre ?



©Richard Seiryu / It's Snow in hell
Revenir en haut Aller en bas
Snow K. Collins


avatar

Féminin
▌Messages : 116
▌Date d'inscription : 02/01/2013
▌Age : 18 ans
▌Avatar : Katy Perry
▌Crédits : Google ^^
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?: Oui !
▌Relations:

MessageSujet: Re: Le début de l'Anarchie!   Sam 27 Avr - 16:11




Le début de l'anarchie
Pendant un bref instant on s'arrête de courir. Ça fait quand même quelques minutes que l'on court sans arrêt. Bon, je crois qu'il est temps de faire une rétrospective des choses, entre deux bouffés d'air. J'ai assommé une infirmière et j'ai fracassé une branche contre le dos d'une autre. Si avec ça on a pas une armée de geôliers à nos trousses... Mais au moins, ma soirée aura été constructive, voire plutôt divertissante. Je continue à faire le compte des infractions que nous avons commise rien qu'aujourd'hui, lorsque Geist se met à pouffer de rire. Au départ je ne vois pas vraiment pourquoi elle rit, mais son rire me fait rire aussi; il faut dire qu'on est vraiment dans la merde aussi... Toujours en riant, elle me regarde et me dit:

-« On est vraiment mal pris! »

Merci de cette observation! Je n'aurais jamais remarquée sans toi... C'est ce que j'aurais voulu lui dire, mais je suis bien consciente que le temps n'est pas au sarcasme. Donc je préfère me taire. Je me remet à la regarder avec un air contrit et elle redevient sérieuse.

-« Tu sais qu'on va se faire prendre d'une manière ou d'une autre? »

Je la regarde. Il est bien évident que je sais cela, mais j'aimerais éviter que se soit par ces foutues infirmières ou leurs sbires... Je prends donc quelques instants pour penser à un nouveau moyen pour sauver ma peau et celle de ma compagne d'infortune.

Si seulement toutes les infirmières n'étaient pas insensible à mon pouvoir! C'est alors qu'un éclair de génie me traverse l'esprit. Il y a bien une infirmière qui ne soit pas immunisée; elle est un peu fofolle et aime disparaître dans des grands flashs. Il s'agit là de Rosalia. Je pourrais ainsi emprunter son apparence, juste le temps de leur faire croire que je me suis enfuie et que j'ai attrapé Geist. Tous partirais à ma recherche et on aurait le champ libre pour rentrer incognito. Sur ce j'affiche un sourire plus que satisfaisant et je me retourne vers Geist. Il faudrait bien que je réponde à sa question un jour... Ce que je me décide à faire.

-« Je sais... Mais le plus tard sera le mieux. En plus je crois que j'ai une idée qui pourrait nous sauver toutes les deux... Mais tu dois me faire confiance pour ça. », dis-je avec le plus grand sérieux.

Suite à cela Geist me regarde, l'air perplexe. C'est sur qu'avec autant d'information je le serais moi aussi. Je la regarde donc dans les yeux, puis je lui expose mon plan avec le plus grand soucis du détail. Je lui explique la nature de mon pouvoir, juste au cas ou elle capoterait en me voyant devenir Rosa... Puis je me recule, je me concentre et je fais tout ce qui doit être fait pour avoir l'apparence de Rosalia.

Après la transformation, Geist me regarde avec un regard, qui je ne saurais dire ce qu'il cache, mais il me déplaît légèrement. Je me rapproche d'elle et je lui dit qu'il va falloir qu'elle fasse semblant de s'être évanoui, elle semble un peu réticente, mais quelque chose la fait aussitôt changer d'avis.

Elle tombe au sol et je la traîne par les aisselles, jusqu'à ce que je rencontre un sbire. Il me regarde perplexe, à croire qu'il n'a jamais vu Rosa de sa vie. Je le regarde à mon tour, puis d'un ton exaspéré je lui dit:

-« Mais ne restez pas planté là! J'en ai assommée une, mais l'autre m'a échappée. Alors faites votre boulot et trouvez la! »

Il reste là sans bouger pendant quelques minutes à m'observer. Je ne sais pas s'il m'a crut, mais au bout de ce qui me paraît une éternité, il acquiesce et part dans la direction que je lui indique tant bien que mal. Pour ma part, je me dépêche de me rapprocher de l'institut et je prie pour que les autres sbires soient aussi crédule que celui-là. De temps à autre je jette un regard vers Geist qui joue son rôle à merveille.


_________________

-Laissez les autres s'attacher, c'est le meilleur moyen de te faire souffrir.
Sauf si ça en vaut vraiment la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le début de l'Anarchie!   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le début de l'Anarchie!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'anarchie des maisons (Intrigue ;; D/G)
» A, A, A, Anarchie !
» Presentation de Black-anarchie
» Fun & Blood : The empie of Wanjù... Or not! [Recrute]
» Hentaï RP
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: -
Sauter vers: