AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 For the heart I once had ~ Aaron ~ Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
June Harmon


avatar

Féminin
▌Messages : 112
▌Date d'inscription : 29/11/2012
▌Age : 19 ans
▌Avatar : Anne Hathaway
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?:
▌Relations:

MessageSujet: For the heart I once had ~ Aaron ~ Terminé   Jeu 3 Jan - 21:32

Déjà tout me paraissait loin. J’étais comme engourdie. Des voix balbutiaient autour de moi sans que je puisse réellement les comprendre. J’avais l’impression de flotter. Je ne voyais plus que des ombres en mouvement, des ombres blanches qui s’affairaient autour de moi. Il y avait aussi du rouge. Par moment, j’avais des éclairs de lucidité qui me rappelaient tout ce qui se passait. J’étais à l’infirmerie, on me recousait le bras. Et puis comme c’était venu, la raison me quittait à nouveau pour laisser mon esprit flotter dans les abysses.

Comment j’en étais arrivé là déjà ? Je me souvenais du bureau de Stark, de ce frisson d’excitation que j’avais ressentis en passant la porte. Il y avait ce type. Je revois cette grimace sur sa figure lorsqu’il a compris ce que je faisais. J’ai encore en moi ses pensées entremêlées des miennes qui me donnent un foutu mal de crâne. A moins que ce soit ce putain de sérum. J’ai toujours eu horreur de tous ces produits qu’ils nous forçaient à avaler. Ça nous dénaturait complètement…

Peut-être que c’était ça qui m’avait rendu si amère. Bordel, j’avais sacrément merdé. Qu’est-ce qui m’avait pris de faire ça ? D’agir comme une folle furieuse ? D’autres pensées me revinrent alors… Le matin même, j’étais dans ma cellule et puis il y avait eu cette lumière si aveuglante. Son regard… Un regard si noir, si vide … Stark. Le mal de tête … Ce n’était pas une simple coïncidence. J’avais été soumise aux électrochocs. C’était clair maintenant.

Je clignais des yeux et c’était comme si je venais de dormir un siècle alors qu’il ne s’était écoulé qu’une dizaine de minutes. Le calme était revenu dans la pièce. Mon corps me paraissait si endolori, si lourd. Je me sentais comme clouée sur place. Et comme si cela ne suffisait pas, j’avais toujours la vue trouble. Je n’arrivai même pas à distinguer les contours des choses qui m’entouraient. J’essayais de me redresser mais j’étais maintenue par des liens biens trop solides pour moi, surtout vu mon état. Je regardais rapidement à droite puis à gauche comme un animal pris au piège, effrayé par le noir. L’un de mes bras était bandé et l’autre perfusé. Je soupirais. Je détestais me sentir captive… Et vu ce qui allait suivre, j’avais de réelles raisons de m’inquiéter.

Un bruit sourd retentit dans la pièce. Je n’étais plus seule. Je me demandais ce qui pourrait bien m’arriver de pire maintenant. Quelqu’un marchait dans la pièce d’un pas pressé ou plutôt décidé. Me redressant du mieux que je pouvais, je découvrais le visage du nouvel arrivant qui semblait être entré dans la pièce comme par magie, sans même faire grincer la porte. Il était brun… Plus il se rapprochait de moi, plus l’image devenait nette. C’était lui. LUI. Le type du bureau de Stark, celui que j’avais piégé. Et vu sa tête, il n’avait pas l’air d’être venu m’apporter des fleurs.

Comment il avait fait pour échapper à Stark ? J’étais pourtant sure de l’avoir vu dans la pièce avec des gardes. Peut-importait dans le fond … Il était venu régler ses comptes et je ne pouvais pas y faire grand-chose. Dans son esprit c’était un sacré foutoir et je n’avais pas besoin de lire ses pensées pour le savoir. Je décidais de jouer le rôle de la version que je voulais qu’il croit. C’était ma seule solution, du moins la seule qui venait à mon esprit ralentit pour l’instant.

« T’es venu finir le boulot ? Je savais qu’il y avait des sacrés tarés dans cet établissement mais quelqu’un qui puisse agir avec un tel sang-froid … Tu as vraiment du vivre des choses horribles pour en arriver là. Bon aller, finissons-en vite. C’est ta chance non ? Vu mon état je risque pas de te faire grand-chose… »

Je le regardais d’un air sur de moi. Je n’avais pas totalement tort, je ne pouvais rien faire alors ma seule option était soit de gagner du temps soit de le laisser me tabasser une bonne fois pour toute. Je me demandais ce qu’il allait bien pouvoir penser de tout ça …


_________________


Dernière édition par June Harmon le Ven 4 Jan - 17:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Harker


avatar

▌Messages : 45
▌Date d'inscription : 24/12/2012
▌Avatar : Jared Leto


MessageSujet: Re: For the heart I once had ~ Aaron ~ Terminé   Jeu 3 Jan - 22:37




La rage de m'être fait avoir comme un débutant, la rage d'avoir été pris pour un con, pour celui qui allait prendre sa place et payer pour elle. Je n'avais pas de scrupule arrivé à ce stade. Elle devait être même plus monstrueuse que moi encore. Son cœur devait être si dévasté... Avait-elle un cœur au moins ? Même moi je n'y aurai pas pensé ! Quelle fourbe. Elle m'a sacrifié comme ça, pour se satisfaire et s'en tirer. J'étais arrivé dans l'infirmerie. Un petit « poc » à peine bruyant. L'infirmière n'était pas dans la pièce. Pièce faiblement éclairée. Quelques paillasses étaient éclairées par des néons grésillant. Des instruments de tortures traînaient ça et là. Des ciseaux, des seringues, des produits de toutes les couleurs et de toutes sortes, des outils dont je ne sais pas les noms. Je marche vers elle, d'un pas soutenu. Sans savoir encore ce que j'allais être capable de lui faire. Elle m'a entendu, elle me parle. Je n'écoute pas. Je ne suis pas en état d'écouter. J'ai une rage, qui devient plus je m'avance vers ma cible,de plus en plus froide et calculée, quelque chose de méchant sans pour au temps être meurtrier, une vengeance beaucoup plus maîtrisée. Quelque chose qui doit faire mal, mais elle doit vivre pour s'en souvenir. Tandis que moi, je quitterai sûrement ce monde dès ce soir. Je la vois elle est attachée, par les poignets, les chevilles aussi. Une sangle au coup. Une perfusion dans un bras. Elle a du mal à garder les yeux ouverts, elle est à ma merci.

« Bravo. Tu peux être fière de toi. C'est du beau travail. Mais voilà, je t'avais dit que je te retrouverai. C'est fait. Maintenant c'est mon tour de faire un beau travail. Et bien que tout l'institut me cherche, je vais prendre mon temps... »

J'observe un silence. Elle ne réagit pas. Elle devait s'attendre à ce que je lui fracasse la gueule. Trop facile. Je veux qu'elle saches à quel point elle est mauvaise. Elle m'a empêché de fuir... Je vais faire pareil. Je regarde dans la pièce. Je rapproche une chaise pour m'installer à côté d'elle. Je rapproche aussi une petite table à roulette sur laquelle se trouve tout un tas d'instruments tous plus étranges les uns que les autres. Je vois un bout de tissu. Parfait. Je le roule en boule et je l'enfonce dans la bouche de la jeune femme. Pas de cri, pas d'alerte. Elle me regarde avec des yeux qui réfléchissent quand même la peur. Elle a enfin peur de moi. Elle aurait du avoir cette réaction bien avant.

« Maintenant, il me semble que toi et moi, nous sommes venus ici pour s'évader. Dans le bureau de Stark nous avons tout deux trouvés notre bonheur n'est-ce pas ? »

Je la regarde, son regard s'assombrit, oui elle a compris mon attention. Elle aussi avait fait tout ça pour RIEN. Je commence à la fouiller, les poches, toutes les poches. Rien. Je regarde dans les chaussettes, les chaussures. Rien. Et j'en viens au soutien-gorge.

« Et bah voilà ! Alors qu'est-ce que tu cherchais à découvrir ? »

Je parcours la feuille en diagonale, cherchant les grandes lignes. Je ne lis pas en réalité, je fais semblant. Sa situation ne m'intéresse pas et je vais me contenter de brûler ces papiers. C'était simplement pour la faire rager un peu plus encore.

« Bon tu vois ce papier. Je l'ai lu, et pas toi. Maintenant je vais le brûler. Regardes quel plaisir ça fait de voir le fruit de ses efforts s'envoler en fumée ! »

Je sors mon briquet et brûle les papiers, je mets un peu de produit et jette, le tout sur des blouses. Un côté de l'infirmerie s'enflamme à présent. J'ai toujours sur mes mains des tessons du verre de Whisky. J'en arrache un, ce qui me fait grimacer.

« Tu ne mérites pas de mourir aujourd'hui, je veux que tu me détestes d'avoir anéanti tes informations. Tu ne sais pas qui je suis n'est-ce pas ? Je veux que tu te souviennes de tout ça. Je n'ai pas d'identité. Alors je vais signer ta jambe d'un X. Comme un anonyme.»

J'approche le tesson de sa jambe et commence à appuyer très fort. Elle serre les dents sur le chiffons. Le sang coule encore. Cette fois la blessure vient vraiment de moi. Elle a un beau X sur le mollet droit. Une fois ceci fait, je la détache, les pieds, les mains.

" Maintenant, toi aussi tu peux fuir, ou tu peux mourir brûlée si ça te chante. Salut."

La salle devenait de plus en plus enfumée, et les flammes commençaient à lécher dangereusement d'autres produits chimiques. Moi, il ne me restait plus qu'une téléportation. Je décidais de retourner dans ma cellule. Le sort de la fille m'importait plus.
Revenir en haut Aller en bas
June Harmon


avatar

Féminin
▌Messages : 112
▌Date d'inscription : 29/11/2012
▌Age : 19 ans
▌Avatar : Anne Hathaway
▌Ton joli minois :


Dossier médical
▌Niveau du pouvoir:
0/0  (0/0)
▌RP ?:
▌Relations:

MessageSujet: Re: For the heart I once had ~ Aaron ~ Terminé   Jeu 3 Jan - 23:59

Je le voyais s’approchait et je savais ce qu’il avait en tête. On était animé par la même haine et c’était bien ce qui m’effrayait. Ce miroir qui se penchait sur moi, dénué de toute humanité, c’était mon portait craché. Je le regardais dans le fond des yeux et je n’y voyais que de la rancœur. J’y voyais une âme rongé par sa propre noirceur, un être aussi froid que la pierre qui touchait un peu plus le fond chaque jour. Sa descente aux enfers était au moins aussi vertigineuse que la mienne. En fin cela n’excusait en rien ce qui allait se passer.

Je n’avais même pas essayé de crier lorsqu’il m’avait bâillonnée. Il était déjà recherché de toute façon. Tout n’était qu’une question de temps. Je n’aimais pas ce type. Il était tout ce que je détestais chez moi. Il était mon Hyde, la partie sombre de mon être et cela me troublait. J’avais bien trop souvent refusé d’affronter cette partie de moi et maintenant elle s’apprêtait à se venger.

Il me fouillait avec frénésie, cherchant avec ferveur ce petit bout de papier qui serait le signe de sa victoire sur moi. Je ne fermais pas les yeux lorsqu’il en vint aux sous-vêtements, j’avais bien trop d’orgueil pour me laisser briser si facilement et puis la pudeur est une chose que l’on perd en entrant à l’institut. Ici, l’intimité n’existait pas. Non la chose qui allait m’atteindre au plus profond de moi, c’était ce qui allait suivre.

Il fit mine de lire les notes du docteur Stark mais je sus immédiatement que c’était du bluff, d’abord parce qu’un garçon comme lui n’était pas du genre à vouloir en savoir plus que nécessaire sur la vie des gens et ensuite parce que c’était bien ce qui le faisait jubiler. Il allait le brûler et il n’en resterait rien ni sur le papier, ni dans sa mémoire car cet enfoiré n’avait même pas lu ces notes. Je restais de marbre, peut-être parce que j’étais trop choquée de voir le fruit de tant d’effort réduit à néant en quelques secondes. A l’intérieur, je voulais hurler. J’étais soudain envahie par une douce envie, une envie enivrante, celle de le tuer, de le faire souffrir jusqu’au dernier souffle. J’avais envie de l’attacher à une table et de lui couper les ailes. Ce type n’était qu’un lâche et sa bassesse ne s’arrêta pas à ce simple petit brasier.

Il se mit à m’entailler. Une coupure profonde qui me fit serrer les poings si forts que je pouvais sentir mes propres ongles creuser mes paumes. Un liquide chaud coula le long de mon mollet. Le chasseur venait de marquer sa proie pour qu’elle n’oublie jamais qui était le maitre des bois seulement, j’étais bien plus têtue qu’il ne saurait l’imaginer et malgré la douleur, mon cœur s’était arrêté au moment où il avait ruiné toutes mes chances de connaitre la vérité sur mes parents. Il pouvait me poignarder tant qu’il voulait. Rien de ce qu’il faisait ne pouvait me faire plus mal en cet instant.

La pièce brûlait à petit feu et cela ne tarderait pas à déclencher l’alarme incendie. J’étais libre et pourtant je n’avais aucun désir de m’enfuir. Je voulais le tuer. Sur le champ. J’avais besoin d’apaiser ma colère. Seulement voilà, il avait déjà disparu. Je me redressais et renversais tout ce qui passait à ma portée. J’étais dans une rage folle. J’étais devenue incontrôlable. En quelques minutes, j’avais ravagée la moitié de l’infirmerie qui était devenu un brasier géant. Je m’avançais dans les flammes et dans ma colère, je renversais un flacon d’alcool à 90°. Lorsqu’il toucha le sol, il y eu une grande explosion qui me propulsa contre un mur. Je me cognais la tête et oubliais tout. Plus de haine, plus de rage, rien que la paix, que le repos…

{...}

-Mademoiselle Harmon … Mademoiselle Harmon …

Je clignais des yeux. Moi qui croyais qu’enfin c’était fini, qu’enfin je pouvais rejoindre un ailleurs qui ne pourrait pas être pire. Je me retrouvais là, face à une infirmière. Et cette lumière qui m’aveuglait. J’avais mal … mal partout. Mais qu’est-ce qui se passait ?

-Vous êtes sous morphine. Vous feriez mieux de rester tranquille pour l’instant. Vous êtes restée inconsciente durant quelques jours. Vous vous souvenez ?

-Me souvenir ?

-Oui. Vous avez fait une chute. Vous vous rappelez de votre nom au moins ?

-June … Je m’appelle June n’est-ce pas ?

-Et bien au moins tout n’est pas perdu, vous rappelez vous d’autre chose ?

-Je suis à l’institut Stark. Quel jour somme-nous déjà ? Est-ce que noël est passé ?

-Oui, nous sommes le 10 janvier. Vous ne vous rappelez pas de l’incendie ? Vous ne vous souvenez pas de Mr Harker ?

-Non. Est-ce que c’était important ?

* La pauvre, elle a complétement disjoncté… Encore une de ces âmes irrécupérables..*

-Pas pour le moment. Restez tranquille et reposez-vous le docteur Stark passera vous voir un peu plus tard.

Je me reposais dans le lit, l’entendant quitter la pièce. J’avais encore les idées si embrouillées … Je ne parvenais pas à me souvenir. Puis mon attention fut attirée par mes bandages. Comment je pouvais en avoir autant et ne pas me souvenir de ce qui s’était passé. Je déroulais l’une des bandes pour découvrir que ma peau était cramoisie et pleine de cloques à divers endroit. Je relâchais la bande avec dégoût. J’étais brûlée au second degré et ce n’était pas beau à voir. Je rejetais la couverture qui cachait mes jambes sur le sol. Un autre bandage cachait mon mollet. Je le soulevais lui aussi pour y découvrir une large cicatrice en forme de X. Je me recroquevillais alors sur moi-même, une larme haineuse roula sur ma joue. Un souvenir venait de me revenir en mémoire : c’était quelqu’un qui m’avait fait ça avec du verre. Et même si à cette instant, je ne me rappelais pas son visage, j'avais un nom et je me jurais de le retrouver et de lui faire payer cher ce qui s’était passé cette nuit-là. Une seule chose m’animait désormais : la vengeance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: For the heart I once had ~ Aaron ~ Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 

For the heart I once had ~ Aaron ~ Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The third temptation [Aaron]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: -
Sauter vers: